Gambie : Adama Barrow réintègre six militaires putschistes anti-Jammeh

Le président gambien Adama Barrow a réintégré au sein de l’armée de six militaires putschistes condamnés pour tentative de coup d’Etat contre Jammeh.  

Normalisation. En Gambie, le nouveau président n’attend pas avant d’entamer un processus de normalisation de la vie publique. Après la purge parmi les officiers pro-Jammeh dans les services de sécurité, il vient d’autoriser la réintégration au sein de l’armée de six militaires condamnés pour préparation de coup d’Etat contre Yahya Jammeh, d’après une dépêche de l’AFP.

« Le haut commandement militaire a, en consultation avec le président Adama Barrow, réintégré le lieutenant Buba Sanneh, le soldat Modou Njie, le lieutenant Sarjo Jarju, le capitaine Abdoulie Jobe, le lieutenant Amadou Sowe et Buba Bojang au sein de l’armée », selon l’AFP qui cite une source militaire.

Trois condamnés à mort

Durant 22 ans de règne, l’ex petit dictateur de Gambie avait surmonté plusieurs tentatives de coups d’Etat. La dernière en date a eu lieu en décembre 2014 quand plusieurs soldats avait tenté de prendre le contrôle du palais présidentiel lors d’un voyage de Jammeh à l’étranger.  L’attaque a été repoussée par les forces loyalistes.

Les six hommes avaient été condamnés par un tribunal militaire en avril 2015, dont trois à des peines de mort, qui auraient dû être examinées en appel par la Cour suprême, mais les condamnés avaient bénéficié de l’amnistie promulguée par Barrow le mois dernier.

Les six militaires ont déjà repris leurs activités au sein de l’armée.

Après son refus de reconnaître les résultats de la présidentielle de décembre 2016, l’ex-despote de Banjul avait été contraint de quitter le 21 janvier pour un exil en Guinée équatoriale après d’intenses pressions diplomatiques et militaire.

Avatar
A propos Komi Dovlovi 813 Articles
Journaliste chroniqueur, Komi Dovlovi collabore au journal Le Temps depuis sa création en 1999. Il s'occupe de politique et d'actualité africaine. Son travail est axé sur la recherche et l'analyse, en conjonction avec les grands  développements au Togo et sur le continent.

Laisser un commentaire