Faune de l’Oti: Le délibéré renvoyé au 3 mars

Le procureur a requis 40 mois d’emprisonnement dont 20 mois ferme contre les jeunes détenus dans le cadre de l’affaire  de la faune de l’Oti.

Les jeunes de Mango (Préfecture de l’Oti) interpellés et détenus dans le cadre de l’affaire dite d’aire protégée ont comparu ce matin devant le Tribunal de Dapaong.

Il s’agit de l’opposition des populations de l’Oti contre la réhabilitation d’une aire protégée située entre l’Oti, la Kéran et le Kpendjal. La réhabilitation controversée de cette faune devrait entraîner l’évacuation forcée de nombreuses populations de leurs terres. La zone est considérée comme la plus pauvre du Togo malgré les  énormes potentialités agricoles.

Les jeunes étaient arrêtés en novembre 2015 à Mango pour des faits de violences pendant les manifestations populaires contre la réhabilitation de la faune dans la préfecture de l’Oti.

Les sauvages répressions de ces manifestations ont entrainé le décès par balles de huit personnes parmi la population civile et un du coté des forces de l’ordre, plusieurs blessés et de nombreux déplacés vers d’autres villes et dans les pays voisins.

Le procureur a requis  40 mois d’emprisonnement dont 20 mois ferme, les jeunes détenus.

Cependant, dans sa plaidoirie, le conseil des jeunes, Me Paul Dodji Apévon, a soutenu que ces clients ne sont pas des coupables directs des actes de violence.  Il a plaidé pour leur libération immédiate compte tenu de leurs 15 mois en détention avant la tenue du procès.

Le délibéré est renvoyé au 3 mars prochain.

Avatar
A propos Komi Dovlovi 835 Articles
Journaliste chroniqueur, Komi Dovlovi collabore au journal Le Temps depuis sa création en 1999. Il s'occupe de politique et d'actualité africaine. Son travail est axé sur la recherche et l'analyse, en conjonction avec les grands  développements au Togo et sur le continent.

Laisser un commentaire