L’actualité vue par Le Temps du Togo

Face à la grogne populaire, Faure Gnassingbé sur les…

Depuis son arrivée au pouvoir en 2005, sous le commandement…

Les Évêques togolais s'engagent pour les réformes politiques

Les chefs de l'Eglise catholique romaine au Togo ne sont…

Réformes constitutionnelles: Les députés d'UNIR et de l'opposition dos à…

A l'Assemblée Nationale du Togo, les jours se passent et…

Réformes constitutionnelles par voie parlementaire: les jeux sont faits!

La session extraordinaire de l'Assemblée Nationale convoquée par le gouvernement…

Agitations cette nuit dans la cellule de Kpatcha Gnassingbé

Kpatcha Gnassingbé, fils d'Eyadema, et demi-frère du Président Faure Gnassingbé,…

La Commission des Réformes a rendu son rapport avec une…

La Commission de Réflexion sur les Réformes politiques, institutionnelles et…

Les Togolais au Sénégal ont manifesté à Dakar

Le réveil des Togolais pour exiger des changements politiques mobilise…

Tribune: Résister en étant radical pour libérer le Togo

Par Le Prof. Ayayi Togoata Apedo-Amah, Universitaire et homme du…

La session parlementaire aussitôt ouverte est ajournée

Comme annoncé la session parlementaire ouverte ce matin avait commencé…

Togo: Début de la session parlementaire sur fond de tension

C'est un dispositif militaire exceptionnel qui a accueilli les député…

Togo, entre pouvoir et opposition, le bras de fer se…

Au cours d'une Conférence de presse tenue hier par les…

Dégoût

Dégoût puant de honte et de laideur ignoble De la cruauté…

Contestations de l'opposition: le pouvoir préfère la dissuasion à la…

Face à la démonstration de force de l'opposition, le pouvoir…

Le parti au pouvoir a déversé ses militants pour contrer…

La situation devient critique à Lomé. UNIR le parti de…

A Lomé, Branle-bas autour de Deckon

Les responsables de l'opposition poussés par les manifestants ont décidé…

Jour 2 de mobilisation au Togo : Les manifestants prennent…

La deuxième journée de manifestations pacifiques pour réclamer les réformes…

Somalie : test concluant de logiciels limitant l’accès des populations à…

La pratique se généralise: prendre alibi sur les dérives des…

Budget de l’Etat : A peine 17 milliards de contribution…

Selon le dernier rapport 2014 de l’initiative pour la transparence…

Transhumance : bilan de la campagne 2017 du comité national

Le comité national de la transhumance est passé au bilan…

Le Togolais, pas brillant en matière de consommation d’alcool

  L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) surveille de très près…

Un marché moderne à bétail inauguré à Cinkassé

Il est construit et inauguré un marché transfrontalier dans l'extrême zone…

Compagnons d'UNIR, le peuple vous invite!

Par Michel Kinvi Nous avons appris que le RPT/UNIR a tenu…

Plusieurs écoles privées fermées au Cameroun

81 écoles privées camerounaises ont été fermées dans le pays…

25ème olympiade panafricaine de mathématiques: médaille de bronze du Togo

Le Togo a obtenu une médaille de bronze à l'édition…

Déclaration naissances : Les enfants lancent un plaidoyer dans le Bas-Mono

Les enfants de la zone sud-est du Togo, Bas-Mono, souvent…

Le corps judiciaire et les dispositions du code sécurité sociale

Des magistrats et avocats ont échangé des informations sur l’interprétation…

Des dizaines de personnalités togolaises à l'étranger dénoncent les violences…

C'est une chose quasi-inédite. Cent-douze (112)Togolais vivant à l'étranger viennent…

Ecotourisme : pirogues modernes pour surveiller les mangroves

La coopération GIZ et une coopérative de solidarité ont conclu…

Libre circulation: Rackets, prélèvements illicites aux postes frontaliers du Togo

Un rapport d’une ONG révèle des pratiques anormales aux postes…

Casques bleus Minusma : un soldat togolais perd la vie

Plusieurs casques bleus togolais ont déjà perdu la vie pour…

«
»
TwitterFacebookGoogle+

Liberté de presse: Qui veut  tuer le journaliste Robert Avotor ?

La liberté de presse est en danger : alors que la justice refuse de recevoir sa plainte, Robert Avotor vient d’être victime d’un accident suspect.

Accident suspect.  Sur sa page Facebook, le directeur du bi-hebdomadaire L’Alternative  relate les épreuves que vit le journaliste Robert Avotor depuis son agression et sa torture par des gendarmes facilement identifiables. Alors que le bureau du Procureur général de la République refuse d’enrôler sa plainte, le journaliste, qui circulait à moto, a été victime d’un accident de la circulation le 19 février en début de soirée. Gravement blessé à la tête, le journaliste a reçu plusieurs points de suture.  Les circonstances de l’incident rendent  l’accident suspect. Le véhicule, un 4X4 à bord duquel se trouveraient plusieurs hommes, avait cherché visiblement à le tuer.

«Ce soir à 19 h 15 alors qu’il était sorti de chez lui pour acheter du pain au bord de la route à Sagbado, une 4 x4 avec à bord des individus l a poursuivi et l’a renversé avec sa moto avant de prendre la fuite. Le voici à peine sorti de l’hôpital avec des sutures sur le crâne. La vie de ce journaliste est en danger juste parce qu’il a décidé de porter plainte contre ses bourreaux », affirme Ferdinand Ayité, le Directeur de publication d’Alternative.

 

Repérage de domicile, menaces et coups de téléphones anonymes

Depuis que le journaliste a décidé d’ester en justice contre les gendarmes qui l’ont agressé dans l’exercice de ses fonctions puis torturé, Robert Avotor vit dans la hantise d’être assassiné.

Et pour cause, selon son patron, « Depuis quelque jours Robert Avotor journaliste à L’Alternative agressé et torturé par des gendarmes lors d’un reportage fait  l’objet de menaces et d’intimidations. Des individus à bord d’une voiture banalisée se sont rendus dans son quartier pour identifier formellement son domicile.

Il reçoit régulièrement des coups de fil anonyme qui tentent de le dissuader de porter plainte. Depuis plus d une semaine le Secrétariat du procureur de la république refuse de recevoir les deux plaintes qu il a déposé, L une contre la brigade de gendarmerie de Sagbado êt l autre contre le gendarme Hlonmadon de la brigade de Sanguera qui l a torturé. Pendant que la justice refuse de le protéger, les criminels eux sont à ses trousses pour le liquider. »

Intervention du ministre de la Sécurité

Le bureau de l’Observatoire togolais des média (OTM) s’est saisi de l’affaire. Son président, Aimé Lebon, inquiet de la tournure des événements, a demandé audience au ministre de la Sécurité et de la protection civile, Yark Damehane. Ce dernier a reçu Robert Avotor,  son patron, Ferdinand Ayité, et Aimé Lebon.

Seon Ferdinand Ayité, le ministre a instruit ses services « d’assister le journaliste dans les analyses complémentaires qui se feront ce jour notamment la radio du crâne et autres pour s’assurer de son état de santé ». Quant  aux plaintes, « [elles] seront formellement déposées ce jour avec constitution de partie civile avec l’appui des avocats et organisations des droits de l’homme».

L’intervention du  ministre pour que se débloque l’affaire sur le plan judiciaire reste tout de même surprenant. Le bureau du procureur a-t-il reçu des ordres du ministre de la Sécurité et de la Protection civile pour recevoir la plainte ? Pourquoi le bureau du procureur a -t-il refusé de recevoir la plainte ?

En principe, vu la médiatisation de l’agression du journaliste par les gendarmes facilement identifiables- ceux de la gendarmerie de Sagbado- pourquoi le procureur ne s’est pas autosaisi de l’affaire  et ait attendu que le journaliste soit victime d’une autre agression avant de recevoir la plainte ?

Des institutions contre le citoyen et la liberté d’expression

« Le procureur de la République est l’avocat de la société : il protège l’intérêt public en assurant le respect de la loi pénale », selon le code pénal.

En ayant refusé de recevoir la plainte de ce journaliste, le bureau du procureur non seulement bafoue non seulement le droit à la liberté d’expression et de presse, mais il dénie tout simplement au citoyen togolais le droit à la protection de l’Etat.

C’est en cela que le citoyen togolais est aujourd’hui réduit: les fonctionnaires chargés de lui assurer protection de l’Etat sont les premiers à lui dénier ce droit à la vie.

Le président de la Haac, Pitang Tchalla, dans un communiqué avait renvoyé dos à dos le journaliste et  les gendarmes. Il a  demandé au premier de revoir sa ligne éditoriale tout en considérant les seconds comme les principales victimes de la ligne critique du bi-hebdomadaire L’Alternative.

L’agression, la torture, du journaliste puis ce qui s’apparente à une tentative d’assassinat rappelle étrangément un passé récent de l’histoire du Togo constituée de violations massives des droits de l’homme, d’exécutions sommaires et extrajudiciaires, d’assassinats politiques.

Avec les travaux de la CVJR, on croyait cette époque révolue. Que nenni ! Quelque chose continue de suivre son cours…

704 Vues totales 2 Vues ce jour

Laisser un commentaire

Newsletter