L’actualité vue par Le Temps du Togo

Le Burkina bombarde Bana avec des moustiques génétiquement modifiés

Dix mille moustiques mâles génétiquement modifiés ont été introduits à…

Liberia : Disparition de "conteneurs" de billets de banque

Cent millions de dollars, destinés à la Banque centrale du…

Vienne: Aussitôt son brevet de pilotage, meurt dans le crash…

Un avion de tourisme, piloté par un jeune de 20…

CILSS : Les Etats veulent renforcer la lutte contre la chenille…

Le Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans…

RDC : Journalistes licenciés pour avoir couvert la conférence d’un opposant

Une ONG congolaise dénonce le licenciement de deux journalistes de…

Opic : Nouvelle enveloppe pour financer des projets en Afrique

L’agence américaine Overseas Private Investment Corporation, Opic, a approuvé une…

Le parquet ivoirien recherche "des dizaines de milliards" détournés

La haute autorité pour la bonne gouvernance a saisi le…

La Chine envisage son entrée dans le capital de Asky…

Le Fonds de développement Chine-Afrique (CAD-Fund) s’intéresse à Asky Airlines,…

Suppression de l’aide à la presse : "presse morte" maintenue en…

Les patrons de presse veulent protester en Côte-d'Ivoire contre la…

Participation des FAT aux opérations de maintien de la paix

Les Forces Armées Togolaises, FAT, ont organisé une journée d’information…

La Maison familiale de formation rurale se mue en Association

La Maison familiale de formation rurale rouvre à Manga avec…

William Gomis, ex-joueur de Saint-Etienne, tué dans une fusillade

Les dirigeants et joueurs de l’As Saint-Etienne sont profondément affectés…

Nigeria: une explosion de gaz fait plusieurs morts

Une explosion de gaz suivie d’un incendie a tué plusieurs…

La commune de Tsévié célèbre le mois de l’état civil

La mairie de Tsévié célèbre en partenariat avec le Service…

Ghana: Yahsat lance son service internet à haut débit par…

Le fournisseur de connectivité par satellite, Yahsat, a officiellement lancé…

Sénégal: la BOAD subventionne la construction d’infrastructures scolaires

Le Sénégal projette de construire cinq cent salles de classe…

Arrêté pour avoir comparé les Kenyans à des singes

Un homme d'affaires chinois a été arrêté au Kenya après…

RDC : Militants de Lucha libérés après deux jours de détention

Les sept militants de Lucha (Lutte pour le changement), arrêtés…

Transhumance : La campagne 2018 n’a enregistré aucune mort d’homme

Le Comité National de Transhumance (CNT) a tenu ses assises…

Ouganda : Les autorités interdisent un festival qui célébrerait l'homosexualité

Les autorités en Ouganda ont interdit un des plus importants…

RDC: Officiers arrêtés pour n'avoir pas empêché Lucha de manifester

Deux officiers de la police, accusés de n'avoir pas empêché…

RDC: libération du journaliste Tusenge Sebazungu contre rançon

Une organisation de défense de la presse annonce la libération…

Chine : 60 milliards de dollars au développement de l'Afrique

La Chine va consacrer soixante milliards de dollars supplémentaires au…

Hama: Un hebdomadaire tchadien suspendu pour "fausses informations"

Al-Chahed, un hebdomadaire tchadien, a été suspendu trois mois pour…

Bénin : Sanctions envisagées pour les footballeurs mentant sur leur âge

Bénin, le nouveau président de la fédération de football promet…

PPT : Carlos Kétohou passe les charges à Isidore Akollor

Le Patronat de la Presse Togolaise, PPT, a renouvelé son…

L’Université de Kara ouvre un master en planification de développement

L’Université de Kara va ouvrir cette année un programme de…

Les radios rurales du Togo souhaitent la performance

Les radios rurales du Togo sollicitent l’appui du gouvernement et…

Santé : Cas de cataractes pris en charge dans le Tchamba

Une opération chirurgicale foraine de la cataracte s'est déroulée du…

Ghana : les déchets électroniques passeront à l’usine

Le président du Ghana, Nana Akufo-Addo, a annoncé mercredi la…

«
»
TwitterFacebookGoogle+

Liberté de presse: Qui veut  tuer le journaliste Robert Avotor ?

La liberté de presse est en danger : alors que la justice refuse de recevoir sa plainte, Robert Avotor vient d’être victime d’un accident suspect.

Accident suspect.  Sur sa page Facebook, le directeur du bi-hebdomadaire L’Alternative  relate les épreuves que vit le journaliste Robert Avotor depuis son agression et sa torture par des gendarmes facilement identifiables. Alors que le bureau du Procureur général de la République refuse d’enrôler sa plainte, le journaliste, qui circulait à moto, a été victime d’un accident de la circulation le 19 février en début de soirée. Gravement blessé à la tête, le journaliste a reçu plusieurs points de suture.  Les circonstances de l’incident rendent  l’accident suspect. Le véhicule, un 4X4 à bord duquel se trouveraient plusieurs hommes, avait cherché visiblement à le tuer.

«Ce soir à 19 h 15 alors qu’il était sorti de chez lui pour acheter du pain au bord de la route à Sagbado, une 4 x4 avec à bord des individus l a poursuivi et l’a renversé avec sa moto avant de prendre la fuite. Le voici à peine sorti de l’hôpital avec des sutures sur le crâne. La vie de ce journaliste est en danger juste parce qu’il a décidé de porter plainte contre ses bourreaux », affirme Ferdinand Ayité, le Directeur de publication d’Alternative.

 

Repérage de domicile, menaces et coups de téléphones anonymes

Depuis que le journaliste a décidé d’ester en justice contre les gendarmes qui l’ont agressé dans l’exercice de ses fonctions puis torturé, Robert Avotor vit dans la hantise d’être assassiné.

Et pour cause, selon son patron, « Depuis quelque jours Robert Avotor journaliste à L’Alternative agressé et torturé par des gendarmes lors d’un reportage fait  l’objet de menaces et d’intimidations. Des individus à bord d’une voiture banalisée se sont rendus dans son quartier pour identifier formellement son domicile.

Il reçoit régulièrement des coups de fil anonyme qui tentent de le dissuader de porter plainte. Depuis plus d une semaine le Secrétariat du procureur de la république refuse de recevoir les deux plaintes qu il a déposé, L une contre la brigade de gendarmerie de Sagbado êt l autre contre le gendarme Hlonmadon de la brigade de Sanguera qui l a torturé. Pendant que la justice refuse de le protéger, les criminels eux sont à ses trousses pour le liquider. »

Intervention du ministre de la Sécurité

Le bureau de l’Observatoire togolais des média (OTM) s’est saisi de l’affaire. Son président, Aimé Lebon, inquiet de la tournure des événements, a demandé audience au ministre de la Sécurité et de la protection civile, Yark Damehane. Ce dernier a reçu Robert Avotor,  son patron, Ferdinand Ayité, et Aimé Lebon.

Seon Ferdinand Ayité, le ministre a instruit ses services « d’assister le journaliste dans les analyses complémentaires qui se feront ce jour notamment la radio du crâne et autres pour s’assurer de son état de santé ». Quant  aux plaintes, « [elles] seront formellement déposées ce jour avec constitution de partie civile avec l’appui des avocats et organisations des droits de l’homme».

L’intervention du  ministre pour que se débloque l’affaire sur le plan judiciaire reste tout de même surprenant. Le bureau du procureur a-t-il reçu des ordres du ministre de la Sécurité et de la Protection civile pour recevoir la plainte ? Pourquoi le bureau du procureur a -t-il refusé de recevoir la plainte ?

En principe, vu la médiatisation de l’agression du journaliste par les gendarmes facilement identifiables- ceux de la gendarmerie de Sagbado- pourquoi le procureur ne s’est pas autosaisi de l’affaire  et ait attendu que le journaliste soit victime d’une autre agression avant de recevoir la plainte ?

Des institutions contre le citoyen et la liberté d’expression

« Le procureur de la République est l’avocat de la société : il protège l’intérêt public en assurant le respect de la loi pénale », selon le code pénal.

En ayant refusé de recevoir la plainte de ce journaliste, le bureau du procureur non seulement bafoue non seulement le droit à la liberté d’expression et de presse, mais il dénie tout simplement au citoyen togolais le droit à la protection de l’Etat.

C’est en cela que le citoyen togolais est aujourd’hui réduit: les fonctionnaires chargés de lui assurer protection de l’Etat sont les premiers à lui dénier ce droit à la vie.

Le président de la Haac, Pitang Tchalla, dans un communiqué avait renvoyé dos à dos le journaliste et  les gendarmes. Il a  demandé au premier de revoir sa ligne éditoriale tout en considérant les seconds comme les principales victimes de la ligne critique du bi-hebdomadaire L’Alternative.

L’agression, la torture, du journaliste puis ce qui s’apparente à une tentative d’assassinat rappelle étrangément un passé récent de l’histoire du Togo constituée de violations massives des droits de l’homme, d’exécutions sommaires et extrajudiciaires, d’assassinats politiques.

Avec les travaux de la CVJR, on croyait cette époque révolue. Que nenni ! Quelque chose continue de suivre son cours…

1069 Vues totales 1 Vues ce jour
(Visited 154 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Newsletter