Route : 5.393 cas d’accidents et 514 décès en 2016

Il y a eu 5.393 cas d’accidents de la route ayant entrainé 514 décès et 6846 blessés en 2016, selon le ministre de la Sécurité et de la Protection civile.

En hausse. Les chiffres ont été donnés au Conseil des ministres le 11 février par le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Yark Damehane.

Si le nombre de décès reste relativement stable, force est de constater qu’il est toujours élevé, même si le Togo fait mieux que ses voisions en ce qui concerne le taux de mortalité par route pour 100 mille habitants, soit 28% contre 29% pour le Bénin et  31 % pour le Ghana.

Le nombre d’accident reste toutefois élevé par rapport aux années passées : 473 décès en 2015,  4943 en 2014 et 4295 cas en 2013 pour 524 décès.

Cause des accidents de la route

Le ministre ne donne aucune raison pour expliquer l’augmentation des accidents, ces services  démunis de moyens humains et techniques adéquats, se contentent de dénombrer. C’est la vitesse qui est souvent mise en cause dans les cas d’accident alors que l’utilisation du téléphone portable et les conduites en état d’ébriété sont légion. Cependant, le Togo ne dispose pas encore des ressources pour imposer les tests d’alcoolémie sur les routes et lors des accidents. Le Togo fait pourtant partie des champions en matière de consommation de boisson.

La baisse du nombre des décès s’explique l’application  quelque peu stricte de la  loi sur le port du casque obligatoire et la ceinture de la sécurité. Mais le laxisme prévaut dans  les villes de l’intérieur en ce qui concerne l’exigence du port du casque et, à Lomé, le second passager est souvent dispensé du port du casque.

L’augmentation des accidents peut s’expliquer également par l’augmentation exponentielle du nombre des motos, dont les conducteurs ne disposent pas souvent de permis de conduire. On dénombre plus de 300.000 motos-taxis au Togo.

Avatar
A propos Komi Dovlovi 834 Articles
Journaliste chroniqueur, Komi Dovlovi collabore au journal Le Temps depuis sa création en 1999. Il s'occupe de politique et d'actualité africaine. Son travail est axé sur la recherche et l'analyse, en conjonction avec les grands  développements au Togo et sur le continent.

Laisser un commentaire