L’actualité vue par Le Temps du Togo

RDC : Au moins 890 morts dans les violences à Yumbi

Au moins 890 personnes ont été tuées lors de violences…

Tchad: Des proches de la famille Déby éjectent une ministre

Au Tchad, la ministre des NTIC a été virée de…

Le Ghana souhaite canaliser les dérapages budgétaires

Le Ghana a annoncé la création de deux Conseils destinés…

Football : L’ancien international togolais, Aguzé Dotsé est décédé

La mauvaise nouvelle a été diffusée le 25 décembre 2018…

RDC : Arrêté et tabassé pour avoir couvert un meeting d'opposition

"Journaliste en danger" dénonce l'arrestation d'un journaliste qui a été…

Sénégal: Le groupe de presse Wal Fadjjri perd son fondateur

L’un des pionniers de la presse privée Sénégalaise, patron du…

Tennis : Nouvelles courts pour encourager la pratique de la discipline

Deux courts de tennis ainsi que des bâtiments administratifs et…

ONMT: Tous les médecins ne sont pas inscrits à l’ordre

L’Ordre national des médecins, ONMT, a organisé ses premières journées…

Un journaliste rwandais accusé de "terrorisme"

Un journaliste rwandais, pigiste pour le service local de la…

Eduquer à la paix par le dialogue inter religieux

Des acteurs communautaires ont échangé le 26 novembre à Sokodé…

Nigeria : Des programmes pour former les détenus dans les prisons

Les autorités des Services pénitentiaires au Nigéria (NPS) tentent de…

Le diocèse de Dapaong consacre trois nouveaux prêtres

Trois diacres du diocèse de Dapaong ont été ordonnés prêtres.…

Centrafrique : Un prêtre retrouvé calciné après les combats à Alindao

"On a retrouvé son corps, calciné", a déclaré l'abbé Mathieu…

Les pharmaciens mobilisés contre l’usage excessif des antibiotiques

Les pharmaciens célèbrent leur semaine au Togo. Pour cette nouvelle…

Ouganda : Onze écoliers meurent dans l'incendie de leurs dortoirs

Onze jeunes garçons Ougandais ont été tués et 20 grièvement…

Il guettait les proches des patients pour voler leurs motos

Voleur de motos? Un présumé avait sa tactique unique pour…

Togo/Bénin : Négociation pour la délimitation de la frontière maritime

Le Togo et le Bénin négocient la délimitation consensuelle de…

Cameron : Libération de la journaliste anglophone Mimi Mefo

La journaliste anglophone camerounaise, Mimi Mefo, a été libérée samedi…

Tchad : Un an de prison ferme pour "séquestration" d'une mineure

L'époux de la jeune Hawariya, qui l'accusait de l'avoir séquestrée…

eSwatini : La fille du roi, ministre de l'Information du royaume

La fille du roi Mswati III de l'eSwatini, ancien Swaziland,…

Mobilisation pour améliorer les conditions de vie des personnes âgées

L’Etat togolais mobilise ses partenaires pour la mise en œuvre…

Le Togo accueille un colloque international sur les plantes médicinales

Lomé abritera en décembre un colloque international sur les plantes…

Etude : Des chiens capables de diagnostiquer le paludisme

Des chiens spécialement formés pourraient diagnostiquer le paludisme en flairant…

Niels Högel, «l'infirmier du diable» accusé d'une centaine de meurtres

«Le pire meurtrier d'Allemagne depuis Hitler», «l'infirmier du diable», «le…

Tanzanie : Dar es Salaam appelle à dénoncer les homosexuels

Le gouverneur de Dar es Salaam et environs est en…

Guinée-équatoriale : Alfredo Okenve, a été arrêté et "roué de coups"

Un défenseur des droits humains équato-guinéen, Alfredo Okenve a été…

Gabon : la mouvance Anonymous a attaqué les sites officiels

Des hackers de la mouvance Anonymous ont revendiqué les attaques…

Indonésie : Un avion de Lion Air parti de Jakarta s'écrase…

Un appareil de la compagnie Lion Air a disparu des radars…

Liberia : Weah annonce la gratuité pour le premier cycle universitaire

Le président du Liberia, GeorgeLe président Georges Weah vient d’annoncer…

François Jeronimo Amorin J., héros de la lutte indépendantiste disparaît.

François Jeronimo Amorin Joao compte parmi les ardents militants ayant…

«
»
TwitterFacebookGoogle+

Education: Les syndicats mettent la pression sur le gouvernement

Au dialogue, la Coordination des syndicats de l’éducation du Togo menace le gouvernement de reprendre la grève en cas de non-aboutissement des négociations.

Assemblée générale de la CSET

La Coordination des syndicats de l’éducation du Togo (CSET) met le pied sur la gomme. A la suite d’une assemblée générale le 6 février, les syndicats ont décidé d’accorder une semaine d’accalmie  pour laisser la chance aux négociateurs de trouver « des mesures  concrètes allant dans le sens de la  jouissance des avantages inhérents aux statuts particulier de l’enseignement ».

En cas d’échec, la Coordination  reprendra la grève dès la semaine prochaine si les négociations actuelles avec le gouvernement n’aboutissent pas sur un chronogramme précis de règlement de leur plate-forme de revendication.

La CSET observe de très près l’évolution des travaux dans ce groupe de travail jusqu’à Jeudi et espère qu’une issue sera trouvée grâce à la bonne foi de toutes les parties.

Passé le délai d’une semaine, la CSET se trouvera dans l’obligation de rentrer en mouvement à compter de Mardi 14 Février 2017 si d’ici là aucune réponse satisfaisante n’est trouvée à sa préoccupation, déclarent les syndicats.

 La CSET, le gouvernement, et des acteurs de l’éducation dont l’Association des parents d’élève (APE) sont en discussion depuis la semaine dernière en vue de se pencher sur les nombreux problèmes qui minent l’enseignement au Togo, y compris les revendications concernant les conditions de travail des enseignants.

Les syndicats demandent un chronogramme précis

La CSET demande la mise sur pied d’un chronogramme pour:

– trouver la juste formule pour la résolution définitive au problème des prélèvements de la CNSS dont les enseignants auxiliaires ont été victimes;

– mettre sur pied une commission technique pour redéfinir clairement les critères d’affectations pour que ces dernières ne constituent plus un instrument de menace et  d’intimidation à l’endroit des enseignants;

– asseoir  les modalités claires  permettant de traiter d’urgence les dossiers des enseignants nouvellement reversés dans le corps des fonctionnaires de l’enseignement et dont les dossiers sont encore en souffrance.

Education au Togo: Histoire d’une crise installée depuis les années 2000

L’école togolaise vit des troubles depuis le début des années 2000, suite à des revendications de meilleures conditions de travail de la part des syndicats d’enseignants. Sous le général Eyadema, le gouvernement a répliqué par des mesures de licenciement massif des enseignants et le recrutement d’enseignants auxiliaires à la suite de concours nationaux.

Mais comme l’hydre, la crise de l’éducation demeure et l’école est fréquemment secouée par des grèves à répétition.

L’actuelle grève a été lancée dès la rentrée d’octobre 2017 par la Coordination des Syndicats de l’enseignement du Togo  ( CSET ) créée par des dissidents de l’USET dont le SG ne répond plus aux aspirations des enseignants.

La CSET reprend à son compte les revendications des enseignants discutées dans le Cadre Permanent de Concertation (CPC), instance mise en place par le gouvernement.

Mais les discussions connurent plusieurs échecs.  À bout de patience, la CSET a repris les revendications en soumettant au gouvernement une plate-forme revendicative en quatre points: nomination de tous les enseignants auxiliaires dans le corps des fonctionnaires, le problème de la caisse de sécurité sociale et l’octroi de 3 primes : logement, salissure  et travail de nuit.

Au début le gouvernement a minimisé le mouvement. Les ministres des Enseignements primaire et secondaire et celui de la fonction publique, Gilbert Bawara et Komi Tchakpelé,  sont allés sur le plateau de la télévision nationale pour menacer les grévistes en les traitant de « groupuscule », radicalisant les syndicats.

De même les mesures d’intimidation des préfets,  directeurs régionaux de l’éducation et des inspecteurs, comme l’interdiction de rassemblement des syndicats, n’ont fait que ragaillardir un mouvement qui n’a cesse de gagner en ampleur.

Plusieurs villes de l’intérieur ainsi que Lomé, la capitale, sont fréquemment perturbées par des mouvements de grève des enseignants ainsi que des  manifestations de rue des élèves.

Le mouvement gagne en intensité, obligeant le gouvernement à créer un Groupe de travail pour se pencher sur la crise mais la CSET à l’origine de la grève est exclue de la table de discussion avant d’y être conviée face à la recrudescence des grèves.

Le groupe se réunit deux fois par semaine. Le gouvernement privilégie le statut particulier alors que la CSET exige, à défaut de ce statut promis depuis des années, que le gouvernement octroie les primes de salissure et de logement.

 

 

1292 Vues totales 1 Vues ce jour
(Visited 206 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Newsletter