Education: Les écoles togolaises fortement paralysées

La grève des enseignants togolais a débordé dans la rue ce matin. Des élèves des écoles publiques ont perturbé le déroulement normal des cours dans les écoles privées en délogeant leurs camarades,  au point de créer une grande chienlit dans les rues de Lomé et des villes de l’intérieur.

La norme. C’est devenu quasiment la norme: depuis trois ans, on constate le même phénomène. Les enseignants de l’éducation publique lancent une grève pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail, le gouvernement fait la sourde oreille, les élèves sortent dans la rue et créent l’agitation dans tout le pays.

Lomé vit cette grande agitation depuis la mi-journée. Les écoles Saint-Joseph de Lomé, le Collège protestant de Lomé, et d’autres écoles privées et/ou confessionnelles de la capitale ont connu une forte paralysie des cours ce mercredi. Raison: par solidarité à leurs enseignants en grève, des élèves sont entrés dans les écoles privées et ont perturbé le déroulement des cours.

Au Collège Saint-Joseph, un véhicule de police a été pris en chasse par les élèves.  En 2013, une situation similaire d’élèves dans la rue a fait deux morts par balles à Dapaong; deux élèves tués par des policiers.

Des revendications refusées par le gouvernement

Les enseignants du public réclament l’octroi de l’indemnité de logement pour le personnel de l’éducation et pour toute la carrière, la prime de travail de nuit et prime de salissure, à intégrer au budget 2017, en attendant l’adoption du statut particulier ;  le reversement des enseignants auxiliaires dans le corps des fonctionnaires de l’enseignement conformément au statut général de la fonction publique ; la résolution définitive du problème de la CNSS, du dossier des normaliens ainsi que l’intégration des enseignants volontaires restants dans la fonction publique ; et enfin l’annulation des affectations punitives des représentants d’enseignants et des délégués syndicaux.

La grève a été reconduite ce mercredi pour trois jours.

 

Soyez le premier à commenter

Votre avis sur cet article