L’enseignement volontaire au service de la lutte contre les violences sexistes

Dans le cadre de la mise en œuvre d’un projet dénommé « Voix contre la violence », cinq cent (500) enseignants volontaires seront formés au Togo sur un programme d’éducation visant à mettre fin aux violences à l’endroit des filles et des femmes. Une première vague de cent (100) enseignants de la région Golfe et Maritime a été entretenue sur le sujet de lundi à ce mercredi à Lomé. La session de formation est initiée par l’Organisation nationale des nations unies pour les femmes (ONU Femmes) et l’Association mondiale des guides et des éclaireuses (AMGE).

« Ces formations renforcent l’accès des filles à l’éducation et pourront améliorer l’égalité femmes-hommes et l’autonomisation des nouvelles générations, la santé des femmes et sont un pas important pour enfin délivrer tout un chacun de la violence », dit Mme Khardiata, la représentante résidente du PNUD au Togo.

Et le ministre de l’enseignement primaire, M. Tchakpélé Komi de clamer que le Togo est un bon élève en matière du volontariat. Il le justifie par la construction d’une infrastructure de volontariat national solide et puissante pour éradiquer toutes les formes de violences contre les femmes particulièrement dans le secteur de l’éducation.

Une fois achevée cette série de formation des enseignants, ces derniers auront à leur tour la responsabilité de former des milliers d’élèves de 12 à 20 ans. Plus de 25000 élèves du Togo seront outillés pour dénoncer les violences de toutes sortes à leur égard.

Joseph Ahodo

Avatar
A propos Omaboe Akpovi 894 Articles
Journaliste Reporter, 7 ans d'expérience. Couvre l'actualité nationale et les reportages sociaux, culturels, ainsi que les événements de la la société civile. Passionné de lecture et des médias sociaux.

Laisser un commentaire