Le préfet de Wawa va en guerre contre les gares routières sauvages

Les taxes et autres impôts perçus dans les gares routières officielles contribuent à la mobilisation des ressources pour la cagnotte des villes et mairies. Ces ressources sont utilisées pour offrir les services. Les gares routières sauvages elles, participent à l’anarchie. Leur prolifération est inquiétante et une rencontre d’information et de sensibilisation sur ces gares routières sauvages a réuni le 5 octobre à Badou, le préfet de Wawa, Amédjénou Yao Samuel et les délégués des transporteurs ainsi que ceux syndicaux. Il existe des dispositions réglementaires qui sanctionnent l’exploitation anarchique des gares non autorisées. L’autorité a exhorté les acteurs et les syndicats du transport au respect des dispositions en vigueur en la matière et à la mise en œuvre effective de l’arrêté interministériel du 05 octobre 1997 portant organisation des gares routières.

«Malgré l’induction de la prolifération anarchique des gares routières, ce phénomène s’amplifie et continue d’entraver la fluidité du trafic dans les villes du pays » a laissé entendre le préfet.

C’est une situation déplorable que vivent les villes et agglomérations du pays dont le parc automobile s’agrandit et où le chômage et la pauvreté poussent la plupart des jeunes vers l’informel. Les voitures non autorisées aux plaques immatriculées pour le transport privé, sont improvisées pour le transport quotidien des passagers au prix du tarif officiel. Ces voitures ne sont pas enregistrées dans les gares et ne payent leurs taxes que sous le manteau dans les proches de certains délégués de syndicats postés sur les routes desservant les villages de la préfecture mais aussi Kougnohou et Atakpamé, villes immédiates. Pour le Préfet de la localité c’est un fait inadmissible qui en appelle à la responsabilité des syndicats des conducteurs. Il a proclamé la fin de cette pratique et a annoncé qu’à compter du 1er octobre 2016, aucune violation des dispositions de l’arrêté interministériel ne sera tolérée.

Avatar
A propos Emilie ORONG 715 Articles
Emilie Orong est une passionnée de l'écriture. Elle a rejoint L'Equipe Le Temps en 2015. Couvre l'actualité nationale en tous genre et a un regard pointu sur l'actualité africaine.

Laisser un commentaire