Le CAP 2015 organise un colloque sur l’alternance

Le Combat pour l’alternance politique au Togo (CAP 2015) organise du 10 au 11 octobre prochain un colloque international sur l’alternance politique en Afrique, « afin d’évaluer le  présent et d’esquisser l’avenir de l’Afrique sur le chemin de la démocratie », d’après un communiqué dont Le Temps a eu copie. Plusieurs experts internationaux participeront à ce colloque qui va se dérouler au moment où le pouvoir de Lomé organisé également une conférence internationale sur la Sécurité maritime.

Issu des soubresauts démocratiques consécutifs à la chute du Mur de Berlin qui ont balayé les régimes de parti unique, le multipartisme intégral n’a pas pu accoucher la démocratie dans de nombreux pays africains, surtout francophones.

S’est installée une démocratie de façace où le principe des élections devant sactionner les classes dirigeantes et assurer l’alternance, est non seulement biaisé mais conçu pour assurer grâce à des tours de passe de passe juridique et le soutien des armées prétoriennes à assurer le maintien au pouvoir des régimes issus des anciens partis uniques. Dans de nombreux cas, on constate une succession dynastique, comme c’est le cas au Togo et au Gabon.

Sur ce chemin de l’alternance se dressent, tels des obstacles, des questions comme :

– la faiblesse des institutions chargées d’organiser et d’arbitrer les processus électoraux ;
– le déséquilibre flagrant des armes pour les compétitions électorales dont la nouvelle propension à une succession dynastique ;
– l’apathie supposée ou réelle des populations et le jeu d’équilibriste de la communauté internationale face aux dictatures, constate le CAP 2015.

Timing d’organisation bizarre

L’organisation d’un tel colloque, une première pour l’opposition togolaise,  est une avancée  notable pour le débat au sein de ce collectif de l’opposition. Le CAP 2015 est accusé d’avoir saboté le combat populaire en participant à la présidentielle d’avril 2015 dont les conditions d’organisation ne laissaient aucun doute quant à l’issue non démocratique des résultats.

Reste tout de même une question: en organisant ce colloque à la même période que la tenue de la Conférence sur la sécurité maritime autour de laquelle est fait un matraquage publicitaire rassemblant de grands moyens médiatiques, la communication du CAP 2015 risque de manquer d’efficacité. Encore un enfumage du CAP 2015?

 

Soyez le premier à commenter

Votre avis sur cet article