Antoine Randolph est rentré en France

Dr A. Randolph (milieu) accueilli en France par des proches

L’opposant togolais Antoine Randolph qui a été libéré la semaine dernière après environ 4 semaines de détention a regagné la France. Des proches de l’intéressé ont donné la nouvelle sur les médias sociaux avec sa photo, entouré de deux compatriotes qui l’ont accueilli à son retour.

Antoine Randolph a été accusé de tentative de déstabilisation du pouvoir togolais. Il a passé quelques jours entre les mains des services secrets togolais avant d’être livré à la police judiciaire. Entendu par un juge d’instruction, il a bénéficié d’une remise en liberté provisoire le 18 mars dernier.

D’après nos informations, les autorités togolaises ont été attentives aux interventions des proches de Dr Randolph dont certains membres de la diaspora togolaise. A cela s’ajoutent des garanties que la France aurait donné aux officiels togolais pour que Randolph réponde à la justice togolaise pour la suite de l’affaire. L’opposant proche de la gauche française et président d’un parti politique togolais (inactif au niveau national) créé dans les années 1990 aurait approché d’anciens rebelles ivoiriens qu’ils aurait tenté d’enrôler pour combattre le régime en place au Togo. Son arrestation a suscité des réactions un peu partout au Togo et au sein des communautés de Togolais à l’étranger. Une mission envoyée à Lomé par des organisations de Togolais de l’extérieur a même rencontré les autorités pour négocier la libération de l’opposant. Une démarche inédite qui selon plusieurs observateurs a pesé dans la décision des dirigeants togolais. Les membres de la diaspora se sont appuyé sur M. Dany Ayida (envoyé à Lomé) et Me Ahlonko Dovi pour obtenir la libération de l’opposant au régime. Il y a eu également une forte mobilisation en France, notamment dans l’Alsace où Randolph était bien connu.

Antoine Randolph, binational français et togolais est un vétérinaire basé à Colmar en France depuis une vingtaine d’années. Dans les années 80, il avait eu maille à partir avec le régime Eyadèma qui l’avait emprisonné (et torturé selon des sources non vérifiées). Il est âgé de 74 ans.

Les autorités togolaises n’ont pas communiqué sur les conditions de libération ni sur les charges retenues contre Dr Randolph. Les personnes qui se sont intéressées au dossier s’enferment également dans un certain mutisme sur les détails de l’affaire. Il est manifeste, au moment où le pouvoir à Lomé tente d’attirer la diaspora que les autorités ont préféré réglé à l’amiable ce problème qui aurait pu ternis encore plus leur image et celle du pays tout entier. Comme beaucoup d’autres affaires politico-judiciaires au Togo, celle-là aussi risque de ne jamais connaitre d’issue.

Joséphine Bawa (letempstg@gmail.com)

Avatar
A propos Rédaction Le Temps 856 Articles
La Rédaction Le Temps. Une équipe dévouée de journalistes professionnels. Depuis 1999, nous servons à nos lecteurs des informations et analyses de qualités. Notre ligne éditoriale est conforme aux intérêts supérieurs du Togo. Contact: togoletemps@gmail.com/admin@letempstg.com

Laisser un commentaire