Lancement du rapport national sur le développement humain 2014

Le Rapport National sur le Développement Humain (RNDH), édition 2014 a été lancé à Lomé. Ce sixième rapport met en exergue les atouts et contraintes en matière de développement humain dans les secteurs de l’industrie et de l’artisanat. Il a été piloté par des experts socio-économiques, du monde académique et de la société civile.

Dans le secteur industriel, il est retenu comme atouts la disponibilité des ressources agricoles, agropastorales et halieutiques, des ressources du sous-sol et d’un port en eau profonde. L’insuffisance de ressources énergétiques, le coût élevé des télécommunications, l’accès difficile aux crédits pour les Petites et Moyennes Entreprises, l’inadéquation formation-demande des entreprises sont quelques unes des difficultés auxquelles les industries togolaises sont confrontées.

Les forces de l’artisanat sont la présence des ressources premières variées tels le bois, l’argile, le coquillage ; l’appui technique et financier de plusieurs institutions et ONG. Les contraintes du secteur sont d’ordre institutionnel, réglementaire et légal, économique et social.

Pour pallier toutes les insuffisances constatées dans les deux secteurs, le rapport propose la facilitation de l’accès aux crédits des entreprises, une meilleure coordination de la politique nationale de développement des deux secteurs, le renforcement des capacités des artisans, la promotion des énergies renouvelables et des sous-secteurs pour soutenir le secteur de l’industrie telles les filières de l’emballage, la sous-traitance, la maintenance et la réparation de l’équipement.

Selon les résultats de l’enquête QUIBB 2015, le taux de chômage en 2015 est de 3,4% contre 6,5% en 2011, le Togo a atteint le plein emploi mais beaucoup d’efforts restent encore à faire pour l’amélioration de la qualité de vie des citoyens. Par rapport aux données du rapport, l’industrie emploierait 15% des actifs et contribuerait à 2,3% du PIB tandis que les artisans seraient environ 600000 personnes et contribueraient à hauteur de 18% au PIB du pays.
Le Temps/Atop

Soyez le premier à commenter

Votre avis sur cet article