L’agent d’état civil et le processus d’établissement des actes de naissance

Il existe des formateurs des pools des secteurs de la santé de l’état civil et des clubs des jeunes dans les préfectures du Togo. Ceux de Bassar, Doufelgou et de Haho se forment sur les droits à l’identité de l’enfant du 19 au 22 janvier à Kara. L’ONG Bornefonden, les ministères en charge des Collectivités locales, de la Justice, de la Santé et de l’Action sociale collaborent sur le sujet du «Droit des enfants à une identité» afin de renforcer les capacités en vue de l’éradication des problèmes liés à l’enregistrement des naissances dans les préfectures ciblées.

Cette rencontre permet d’éveiller les consciences sur la sensibilisation des parents sur l’importance de l’enregistrement des naissances et amener les partenaires à disposer d’un pool de formateurs des groupes cibles afin que l’enregistrement des naissances soit une réalité dans ces localités. Ils planchent depuis trois jours sur le processus d’établissement des actes de naissance par l’agent d’état civil dans les délais légaux ainsi que les techniques d’information, d’éducation et de communication pour un changement de comportement de la population.

Il s’agit de contribuer à améliorer le fonctionnement du service public de l’état civil car la bonne tenue de l’état civil ne peut être dissociée de l’amélioration de la gouvernance des collectivités territoriales et la chaîne de production des actes de l’état civil se dot à plus d’engagement, au sérieux et à la responsabilité dans l’exercice des fonctions pour éviter des préjudices de plus en plus élevés dans les diverses prestations. Dans les préfectures de Haho, Bassar et Doufelgou le nombre d’enfants sans acte de naissance est très élevé.

Avatar
A propos Emilie ORONG 716 Articles
Emilie Orong est une passionnée de l'écriture. Elle a rejoint L'Equipe Le Temps en 2015. Couvre l'actualité nationale en tous genre et a un regard pointu sur l'actualité africaine.

Laisser un commentaire