Ouganda : Yoweri Museveni envoie ses opposants en prison

Le président ougandais Yoweri Museveni ne badine pas avec son opposition. Ils sont surtout interdits de meeting.  Deux des opposants qui ambitionnent de candidater à la présidentielle de 2016 viennent de le vivre à leurs dépens. L’ex premier ministre Amama Mbabazi et le Coloenl Kizza Besigye, ancien candidat défait à la dernière présidentielle, ont été arrêtés jeudi par la police.

La police reproche au premier d’avoir l’intention des consultations dans une ville de l’intérieur. L’ex-Premier ministre a été limogé et démis du Secrétariat général du  Mouvement de résistance nationale (MRN)- le parti de Yoweri Museveni. L’ancien Premier ministre a été relâché quelques heures après son arrestation.

Quant au Colonel  Kizza Besigye, il a été arrêté à la sortie de sa résidence en présence de nombreux journalistes. Une vidéo de son arrestation circule sur les réseaux sociaux un appel à sa libération a été lancée sur Twitter. Ancien médecin personnel de Yoweri Museveni, Kizza Besigye est son plus sérieux challenger.

Arrivé au pouvoir en 1986 à la suite d’une rébellion armée, Yoweri Museveni a été considéré pendant les années 1990-2000 et surtout à la faveur de la  crise congolaise, comme un des modèles  de la nouvelle génération de dirigeants africains. Appliquant à la lettre l’orthodoxie libérale du FMI, son pays connaît une croissance pendant quelques années avant de faire une rechute. Les difficultés économiques conjuguées à l’autoritarisme du président qui bride les libertés publiques et l’aspiration de son peuple au changement, rendent le président ougandais impopulaire. Dans la région de l’Afrique de l’Est, il est d’ailleurs l’un des railleurs à apporter un appui inavoué au président

Avatar
A propos Komi Dovlovi 835 Articles
Journaliste chroniqueur, Komi Dovlovi collabore au journal Le Temps depuis sa création en 1999. Il s'occupe de politique et d'actualité africaine. Son travail est axé sur la recherche et l'analyse, en conjonction avec les grands  développements au Togo et sur le continent.

Laisser un commentaire