Le Carnet d’Atavi Gamesu

Gouverne-ment des durs

Cher Atavi,

J’ai reçu ta lettre de la fois passée et je te dis merci. Ici au village, il pleut beaucoup et les travaux des champs nous occupent. Nous n’avons plus des nouvelles de la ville jusqu’à ce que ta lettre nous parvienne. Je l’ai lue à toute la famille rassemblée, et tout le monde te salue.

Nous avons appris que gouverne-ment a été formé enfin. Quand la radio a commencé à donner les noms, j’ai appelé tous les voisins pour venir écouter. J’avais dit que tu étais ministrable. Mais malheureusement, ton nom ne figure pas sur la liste. Je me dis que Komi Agbogbozan ne connait pas ta valeur. Et puis, le machin-là n’est pas fait pour quelqu’un comme toi qui réfléchis trop et qui fait zopposant à vie. Tu as vu les types qui ont été nommés ? J’ai causé avec mon ami le directeur d’EPP groupe B, (celui dont l’école sous la paillote a été emportée par les pluies de la semaine passée). Il a dit que c’est « gouvernement des durs ».  On appelle ça « UNIR avant tout ! On prend tout ! » Tu te rappelles avant, avant au temps d’Eyadema le « dieu de la terre », on disait « RPT avant tout ! Discipline !). Maintenant Faurevi a pris les revenants du parti de son papa pour ajouter à ses propres copains pour former gouverne-ment des durs. Hum…

Tu n’as pas été nommé mais moi je suis soulagé pour un ancien ami. C’est Aïdam le CARiste devenu UNIRien. Le number two du parti de l’Etat (comme disait notre ami journaliste engagé) a enfin trouvé un ministère. Le directeur d’EPP groupe B a dit que « c’est la récompense de la traitrise ». Mais au moins lui et sa famille peuvent retrouver le sourire. Ce qui n’est pas le cas de ton voisin de quartier, ex-opposant historique Fo Gil. Son deal avec Faurevi fond comme beurre de karité au soleil. Il ne lui reste qu’un demi ministron dans le gouverne-ment de Komivi de Notsè. Quant à Aviyomé, je crois qu’il ne peut que s’en prendre à lui-même. Il est venu faire wouya wouya dans opposition, et veut retourner glama glama dans son ancienne famille politique, « sans coup férir » (expression savante de mon ami d’EPP Groupe B). Il n’a marqué aucun but avec son OBUTS mais veut faire la fête avec les vainqueurs. C’est bien fait pour sa gueule ! Même carton rouge pour celui que Tchalim le costaud appelle « soldat déserteur ». Le type du NET qui n’est pas net a pris les millions de la campagne-là pour faire son show et maintenant veut devenir ministre. Chuan !

Atavi, console-toi et prie pour le repos de l’âme de fada Kouto notre ancien monseigneur d’Atoukpamé. Il a rejoint la demeure du père, près de 40 ans de sacerdoce. Le séjour sur terre n’a pas été simple pour lui, mais espérons qu’au ciel il trouvera la paix. Même Faurevi qu’on dit convalescent (ou mourant, c’est selon la partie de la planète Togo où on se situe) est allé aux obsèques.

J’ai appris par la bouche de Mayi Mava le grand chauffeur que les députés de Fabre ont fait boucan à l’Assemblée. Il parait qu’ils ont déclaré que c’est leur champion le vrai président du Togo, donc ils ne veulent pas voter la confiance pour Komivi Agbogbozan. Et après avoir crié fort comme des fous, ils ont quitté l’Assemblée en claquant la porte. Je ne sais rien de cette histoire, mais, ça ne m’amuse pas. Ils n’ont qu’à se taper entre députés et tout le monde va savoir qu’on a un parlement de combat. Comme ça Faurevi peut dissoudre Assemblée pour faire UNIR avant tout ! On prend tout ! Tu verras, ils vont revenir demain pour toucher leurs salaires de députés.

Ton petit cousin Mensa le fils d’Ayawa Amlameto a passé le BAC et nous attendons impatiemment les résultats. Il a dit que les épreuves étaient abordables, mais avec lui, il faut s’attendre à tout. L’année passée, il nous avait dit « d’emblée ou rien » et à la fin, c’était rien. S’il réussit, on va l’envoyer rester avec toi à Lomé. Prépare-toi donc pour ça. C’est un devoir familial pour toi d’accueillir ton cousin. Il viendra faire UB à Lomé (il parait qu’on dit maintenant UL mais, ça ne m’engage pas. L’ancien combattant Abongo m’a dit « le Bénin n’est pas béninois »). 

Pour ta promise du village, elle est là. Sa poitrine se développe beaucoup ainsi que son derrière qui est plus rebondi. Elle s’est tressée et veut faire une photo à t’envoyer. Pour ça tu peux envoyer un peu d’argent. Remets-le à Mayi Mava ou fait Western Union. N’oublie pas d’ajouter quelque chose pour que je puisse payer un litre de sodabi pour continuer à prier les ancêtres pour toi. Tu as intérêt à faire vite, avec les jeunes qui rôdent par ici, je ne peux pas passer ma journée à la surveiller. J’attends d’avoir tes nouvelles prochainement. N’oublie pas de prier, car c’est Dieu qui donne.

Je te laisse ici et te souhaite de te porter bien.

Ton dévoué Atagan, dit le Gai villageois

Avatar
A propos Rédaction Le Temps 775 Articles
La Rédaction Le Temps. Une équipe dévouée de journalistes professionnels. Depuis 1999, nous servons à nos lecteurs des informations et analyses de qualités. Notre ligne éditoriale est conforme aux intérêts supérieurs du Togo. Contact: togoletemps@gmail.com/admin@letempstg.com

Soyez le premier à commenter

Votre avis sur cet article