Présidentielle: Comment UNIR s’est adjugé les villages et les zones péri-urbaines

Les résultats provisoires de la présidentielle du 25 Octobre sont attendus dans les prochaines mais les résultats provenant des différentes préfectures du pays ont commencé à révéler leurs secrets. Ainsi apprend-on qu’à part Lomé où le chef de  file de l’opposition a écrasé les autres candidats y compris celui d’UNIR, la situation a été toute différente dans les autres régions du pays. Visiblement, le staff de ce parti a eu une longue d’avance sur les autres partis en déployant sur le terrain longtemps avant le début de la campagne de gros moyens humains et financiers.

Le ciblage géographique

C’est une tactique qu’on avait déjà remarquée lors des élections législatives de 2013. Pour chaque préfecture, UNIR a mis en place une équipe dirigée soit par un ministre, un député ou un directeur de société. Le rôle de l’équipe est de mener la campagne auprès des différents groupes démographiques. Généralement, ce n’est pas le projet de société qui est diffusé, mais des personnalités sont ciblées avec lesquelles on traite d’affaires particulières. Beaucoup d’argent circule, car à l’approche du scrutin, les comités de campagne ont été dotés en ressources financières importantes.

L’achat des consciences

C’est une vieille tradition déjà usitée sous Eyadema en 2013, 2018 et 2003. Le régime se sachant minoritaire au sein de l’opinion et des intellectuels, se donne les moyens de rattraper ce retard. Le parti met à la disposition de chaque équipe des gadgets: motos, pâtes alimentaires, fournitures scolaires, sacs de riz, des T-shirts, et autres objets à l’effigie du parti ou du candidat Faure Gnassingbé.

Pour cette élection, ce sont des milliards que le parti UNIR aurait déversé dans les communautés, surtout à l’intérieur du pays. Cela s’est révélé payant, à en croire les résultats de certaines préfecture. C’est le cas des Lacs où le candidat Gnassingbé aurait recueilli plus de 50% des voix, de Yoto et d’Ogouoù il est largement devant…

Par contre l’achat des consciences n’aurait pas marché dans la région centrale et partiellement dans la région des savanes. La raison pourrait être le fait que deux fils de ces régions étaient dans la course. On sera fixé lorsque les résultats globaux seront publiés.

Cette élections présidentielle démontre un changement de stratégie du régime: éviter à tout prix les violences physiques et préférer l’achat des voix des électeurs indigents.

J.B. et K.A.

Soyez le premier à commenter

Votre avis sur cet article