Brusque limogeage du chef d’Etat-major de l’armée de l’air, le colonel Wenmiba Aradjo

Colonel-Aradjo-Wenmiba

Le colonel Wenmiba Aradjo, chef d’Etat-major de l’armée de l’air a été limogé le 4 octobre dernier. A été nommé en remplacement, le colonel Attipou Kodjo Mensah, selon l’Agence Savoir News.

Aucune information officielle n’a été donnée suite à ce limogeage, qui constitue tout de même une surprise, presque un an après la nomination du colonel  Wenmiba Aradjo.

Ce limogeage intervient quelques jours après le braquage à main armée d’un véhicule dans le parking de l’aéroport de Lomé, à quelques mètres d’une garnison militaire, la base de chasse de l’armée de l’air et une base transport. Des échanges de coups de feu ont duré environ une demi-heure sans que les éléments de l’armée de l’air interviennent, dévoilant au grand jour la faille dans la  sécurité de l’aéroport.

On ne sait si l’armée dispose d’un protocole d’intervention en cas d’incident de cet ordre.

Le braquage a fait deux morts, un gendarme et un prêtre de l’Eglise du christianisme céleste et plusieurs blessés graves. Les braqueurs sont partis avec un butin, en euros et dollars, estimé à près de 3 milliards CFA, appartenant à des commerçants allant en Chine.

Mais il est plus plausible qu’un banal fait divers soit à l’origine du départ de l’ex-chef d’Etat-major de l’armée. En avril dernier, une vive altercation entre le colonel Wenmiba Aradjo et une de ses maîtresses, a fait les choux gras de la presse. Le colonel s’était « défendu » contre « les griffes » de sa maîtresse venue réclamer une forte somme pour faire une interruption volontaire de grossesse, et l’affaire qui se déroulait non loin du Palais de la Marina-Palais de la Présidence- est arrivée aux oreilles du numéro 1 togolais. Certes, ces histoires de fesses constituent le nec le plus ultra des dirigeants togolais, mais on ne sait plus quelle tournure a pris la mésaventure amoureuse du colonel de l’armée de l’air togolaise.

Avatar
A propos Komi Dovlovi 834 Articles
Journaliste chroniqueur, Komi Dovlovi collabore au journal Le Temps depuis sa création en 1999. Il s'occupe de politique et d'actualité africaine. Son travail est axé sur la recherche et l'analyse, en conjonction avec les grands  développements au Togo et sur le continent.

Laisser un commentaire