L’actualité vue par Le Temps du Togo

Sénégal: Le groupe de presse Wal Fadjjri perd son fondateur

L’un des pionniers de la presse privée Sénégalaise, patron du…

Tennis : Nouvelles courts pour encourager la pratique de la discipline

Deux courts de tennis ainsi que des bâtiments administratifs et…

ONMT: Tous les médecins ne sont pas inscrits à l’ordre

L’Ordre national des médecins, ONMT, a organisé ses premières journées…

Un journaliste rwandais accusé de "terrorisme"

Un journaliste rwandais, pigiste pour le service local de la…

Eduquer à la paix par le dialogue inter religieux

Des acteurs communautaires ont échangé le 26 novembre à Sokodé…

Nigeria : Des programmes pour former les détenus dans les prisons

Les autorités des Services pénitentiaires au Nigéria (NPS) tentent de…

Le diocèse de Dapaong consacre trois nouveaux prêtres

Trois diacres du diocèse de Dapaong ont été ordonnés prêtres.…

Centrafrique : Un prêtre retrouvé calciné après les combats à Alindao

"On a retrouvé son corps, calciné", a déclaré l'abbé Mathieu…

Les pharmaciens mobilisés contre l’usage excessif des antibiotiques

Les pharmaciens célèbrent leur semaine au Togo. Pour cette nouvelle…

Ouganda : Onze écoliers meurent dans l'incendie de leurs dortoirs

Onze jeunes garçons Ougandais ont été tués et 20 grièvement…

Il guettait les proches des patients pour voler leurs motos

Voleur de motos? Un présumé avait sa tactique unique pour…

Togo/Bénin : Négociation pour la délimitation de la frontière maritime

Le Togo et le Bénin négocient la délimitation consensuelle de…

Cameron : Libération de la journaliste anglophone Mimi Mefo

La journaliste anglophone camerounaise, Mimi Mefo, a été libérée samedi…

Tchad : Un an de prison ferme pour "séquestration" d'une mineure

L'époux de la jeune Hawariya, qui l'accusait de l'avoir séquestrée…

eSwatini : La fille du roi, ministre de l'Information du royaume

La fille du roi Mswati III de l'eSwatini, ancien Swaziland,…

Mobilisation pour améliorer les conditions de vie des personnes âgées

L’Etat togolais mobilise ses partenaires pour la mise en œuvre…

Le Togo accueille un colloque international sur les plantes médicinales

Lomé abritera en décembre un colloque international sur les plantes…

Etude : Des chiens capables de diagnostiquer le paludisme

Des chiens spécialement formés pourraient diagnostiquer le paludisme en flairant…

Niels Högel, «l'infirmier du diable» accusé d'une centaine de meurtres

«Le pire meurtrier d'Allemagne depuis Hitler», «l'infirmier du diable», «le…

Tanzanie : Dar es Salaam appelle à dénoncer les homosexuels

Le gouverneur de Dar es Salaam et environs est en…

Guinée-équatoriale : Alfredo Okenve, a été arrêté et "roué de coups"

Un défenseur des droits humains équato-guinéen, Alfredo Okenve a été…

Gabon : la mouvance Anonymous a attaqué les sites officiels

Des hackers de la mouvance Anonymous ont revendiqué les attaques…

Indonésie : Un avion de Lion Air parti de Jakarta s'écrase…

Un appareil de la compagnie Lion Air a disparu des radars…

Liberia : Weah annonce la gratuité pour le premier cycle universitaire

Le président du Liberia, GeorgeLe président Georges Weah vient d’annoncer…

François Jeronimo Amorin J., héros de la lutte indépendantiste disparaît.

François Jeronimo Amorin Joao compte parmi les ardents militants ayant…

Canal+ condamnée pour un "éloge appuyé" du Togo

La chaîne française Canal+ a été condamnée par le CSA,…

Le Maroc teste son projet de télémédecine en zone rurale

Le Maroc a lancé, le 22 octobre 2018, la phase…

Raila Odinga nommé haut représentant de l'Union africaine

L’Union africaine nomme l’opposant kényan, Raila Odinga haut représentant de…

Arrestation pour contrefaçon de la quinine en RDC 

Deux responsables d'un des plus grands laboratoires pharmaceutiques en RDC…

Ethiopie : au moins 120 clous extraits de l'estomac d'un patient

Des médecins d'un hôpital de la capitale éthiopienne ont extrait…

«
»
TwitterFacebookGoogle+

Risques d’implosion des coalitions de l’opposition

députés

Il y a de l’eau dans le gaz dans les rangs de l’opposition. Les deux plus grandes coalitions actuelles, le Collectif Sauvons le Togo (CST) et la coalition Arc-en-ciel sont confrontés à des conflits internes qui pourraient conduire à leur implosion. La répartition des sièges à la Commission électorale nationale indépendante (Céni) constitue la pomme de discorde dans les deux regroupements de l’opposition.

L’Alliance pour la démocratie et le développement intégral (ADDI)- longtemps un allié de l’UFC et maintenant partenaire de  l’ANC depuis 2010-  a dénoncé au cours de sa conférence de presse  ce 24 septembre les manœuvres de son  allié pour s’arroger les trois sièges dévolus à la coalition à la Céni.

De son côté, l’Union pour la démocratie sociale (UDS-Togo)  s’insurge contre  présence  de membres du CAR à la Céni au titre de la Coalition Arc-en-ciel. Ça tire dans tous les sens.

Le vocabulaire utilisé lors de ces dénonciations illustre la déception de ces partis. L’ADDI parle de « trahison », de « forfaiture », de « tsunami » et « d’amateurisme ». L’amertume est d’autant plus grande du côté de l’ADDI que ce parti est l’un des rares à avoir soutenu l’ANC au moment de sa scission avec l’UFC et lui a apporté le soutien de l’électorat de la Savane à la présidentielle de mars de 2010 et évité la Bérézina à l’opposition dans le Nord-Togo.

L’ADDI n’est pas contente du comportement que son partenaire principal a eu lors de la formation de la CENI. Nous exprimons ainsi notre indignation et dénonçons avec vigueur ce comportement d’un parti ami auquel nous avons toujours marqué la fidélité et la confiance, a indiqué le Professeur Aimé Tchaboré Gogué.

Antoine Folly, le Premier Secrétaire de l’UDS-Togo, a posé clairement le problème en parlant de manque de « justice » et d’ »équité ». Dans le partage du « gâteau » ? Ce qui peut susciter des méfiances chez des petits partis membres des deux coalitions.

meetint cst aec

Chasser le naturel, il revient au galop

On a toujours déploré les tendances hégémoniques de l’UFC du temps de Gilchrist Olympio. L’ANC partie avec le fonds de commerce de l’UFC, en a grandement hérité l’ADN.  La preuve, il n’a pas été possible pour les membres de l’ADDI- trois députés sur 19 de la coalition, de discuter avec l’ANC.

En dépit de nos efforts de discuter, aucune communication n’a été possible sur le sujet. ADDI ne veut pas être complice des errements politiques puisque certains leaders de l’opposition jusqu’à ce jour n’ont pas pris la mesure et l’ampleur des enjeux »,  déclare amer le Professeur Aimé Gogué.

La ligne qui consiste à se présenter comme détenteur du monopole de l’opposition continue à prévaloir du côté de l’ANC, qui s’est d’ailleurs attendu avec l’UFC pour rouler l’ADDI dans cette farine. L’OBUTS d’Agbeyomé a reproché cet appétit d’ogre à l’ANC, quand on lui a refusé un siège sur la liste CST de Lomé-Golfe.

La même attitude prévaut du côté du CAR- 5 députés sur 6-, qui s’arroge la part du lion en ne permettant pas aux partis membres de la Coalition Arc-en-ciel d’être au moins présent à la Céni. A quoi ça sert une coalition, si un seul bénéficie de ce qui revient à tous ?

Vers une implosion de l’opposition ?

Ces dissensions peuvent-elles conduire à un éclatement des coalitions ? Pas sûr, mais il y a une forte probabilité. Du côté de l’ADDI, on essaie d’encaisser le coup tout en laissant le « parti ami » faire un geste de bonne volonté.

 Nous voulons conserver notre place dans l’opposition en continuant d’œuvrer pour la constitution d’une plus large union de toutes les forces qui veulent s’inscrire dans la dynamique de l’alternance en 2015, rappelle le président de l’ADDI sous forme de menace.

Retenez-moi ou je fais un malheur ?

Par contre, du côté de la Coalition Arc-en-ciel, le risque d’éclatement est fort élevé. Le problème de la répartition des rôles à la CENI  se greffe sur une série d’incidents ayant émaillé la vie de cette coalition ces dernières semaines. Divisée sur la question de la candidature à la candidature unique de l’opposition, divisée sur la désignation de Me Dodji Apevon comme candidat à la candidature unique, la Coalition Arc-en-ciel erre déjà comme un bateau ivre  sur l’océan de la politique togolaise. Plusieurs figures historiques de cette coalition, Me Mohammed Tchassona et le Professeur Bassabi Kagbara, font part de façon tonitruante et publiquement de leurs désapprobations, le plus souvent sur des questions byzantines, et cachent à peine leurs envies de représenter la coalition. Le Secrétaire général du CAR, Jean Kissi, très peu roublard comme son mentor Me Yaovi Agboyibo, et les autres membres de la coalition se querellent comme des chiffonniers.

Tout ceci se déroule à quelques encablures de la présidentielle de mars 2015 alors que des rumeurs sur une tenue du scrutin au début du premier trimestre se font de plus insistante. Au lieu d’un rassemblement fort, l’opposition part déjà en eau de boudin.

Tout ce remue-ménage relance le débat sur  la solidité de ces coalitions nées de façon subite, plus sur le ciment de la haine vouée au régime en place que sur une réelle volonté programmatique de changer un pays meurtri par 50 ans de règne tribalo-clanique des Gnassingbé & associés.

Le CST est constitué de bric et de broc, de partis politiques et d’associations droits-de-l’hommiste, rassemblé sur un objectif unique sans fond réel: le départ d’Eyadema. Très tôt, la dichotomie entre les intérêts des avocats à la tête du Collectif et la finalité politique de ce regroupement. Le CST peut même se permettre de devenir un exutoire des rebuts d’UNIR, le parti au pouvoir. D’où la constitution  du groupe ANC-ADDI à l’Assemblée nationale pour se différencier des agissements parfois très peu responsables des avocats du CST.

Mais l’irresponsabilité est la chose la plus partagée au sein de ce collectif. Il est apparu également la tendance monopolistique et clanique de l’ANC, que ce soit au sein du FRAC ou du CST. L’ANC  qui confond allègrement parti dominant et parti majoritaire, considère les autres formations même pas comme subsidiaires mais tout simplement comme des accessoires.

Frac 11 08 12

Vers un grand rassemblement  de l’opposition en 2015 ?

C’est aussi le cas de la Coalition Arc-en-ciel, le regroupement politique le plus ridicule qui soit dans sa composition. L’Arc-en-ciel est un ramassis de partis défaits, de leaders victimes de la trop longue durée du processus démocratique, qui se sont agglomérés autour du CAR, devenu un parti tribal. Certes, l’Arc-en-ciel a réussi à prendre un siège dans le Guérin-Kouka, mais n’est-ce pas un épiphénomène, une exception qui confirme la règle ? La CDPA, le PDP, le MCD, Santé du Peuple, et plus prosaïquement, le NET, en dépit de leurs propositions politiques  parfois sensées, sont devenus des partis marginaux.

Au vu de tout ceci, c’est donc l’atomisation de l’opposition qui se renforce malgré un semblant de regroupement et une envie d’unité. L’illusion a très peu duré.

En entrant dans les arènes, Alberto Olympio, le Président du tout nouveau Parti des Togolais a très  tôt perçu le délitement de la classe politique et le désespoir des populations, en se mettant à l’écart des deux coalitions en présence. Il prône une nouvelle vision, le retour à une ligne politique cohérente dont l’objectif est de rassembler les Togolais de toute tendance sur un projet politique reposant sur la création d’un véritable Etat moderne dénué de tout particularisme tribal et clanique. A l’évidence, les coalitions actuelles courent à leur perte en 2015, le rassemblement de l’opposition dans un grand parti devrait être la solution alternative au micropartisme.

Alberto Olympio pourrait paraître au lendemain des élections comme l’homme de la situation.

 

 

 

 

 

3151 Vues totales 2 Vues ce jour
(Visited 37 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Newsletter