Présidentielle 2015 : Gilbert Bawara opposé au vote des Togolais de l’étranger

Pressé  de questions sur le vote des Togolais de l’étranger sur Radio Victoire FM le 11 juillet dernier, le ministre Gilbert Bawara botte en touche par un argumentaire de café de commerce:

C’est une question de choix et de moyens. Le choix parce que notre réseau diplomatique et consulaire est très limité et même si demain on a les moyens pour consacrer le vote des Togolais de l’extérieur, on risque de créer des frustrations de ceux qui sont dans des pays où il n’y a ni consulat, ni ambassade et où nous ne serions pas en mesure de déployer les moyens et de mettre en place les conditions nécessaires pour qu’ils puissent participer au vote, explique sournoisement le ministre en charge de la Décentralisation et des collectivités locales.

En réalité, le ministre ne fait que traduire une peur du pouvoir des Togolais de l’étranger. La Guinée et le Mali qui ont d’importantes communautés à l’étranger, notamment en France et en Côte d’Ivoire, organisent le vote leurs ressortissants à l’étranger. Le vote des communautés à l’étranger est d’abord une question de volonté politique et subsidiairement d’organisation.

Bawara-03

Le pouvoir UNIR a peur des Togolais de l’étranger, qui, généralement, toutes tendances et ethnies confondues, désapprouvent la gestion du pays.

Mais l’intervention du ministre est une insulte pour les Togolais de l’étranger. Cela traduit d’ailleurs le faux dans le discours officiel à l’égard de ce qu’il appelle pompeusement « la diaspora », une population estimée à 1,5 millions d’âmes, soit 25% de la population recensée au pays.

La diaspora fait un transfert de fonds estimé entre  116 et 187 milliards FCFA au Togo chaque année, soit 15% du budget général de l’Etat et deux fois l’aide publique au développement.

Comment peut-on ignorer à ce point une communauté si importante dans le développement du pays. Pendant la suspension de la coopération ( 1993-2007), les institutions de Bretton Woods et les chancelleries accréditées à Lomé, étaient surprises de la capacité de résistance des Togolais. Comment cela eût -t-il été possible sans l’aide des Togolais de l’étranger ?

Avatar
A propos Komi Dovlovi 834 Articles
Journaliste chroniqueur, Komi Dovlovi collabore au journal Le Temps depuis sa création en 1999. Il s'occupe de politique et d'actualité africaine. Son travail est axé sur la recherche et l'analyse, en conjonction avec les grands  développements au Togo et sur le continent.

Laisser un commentaire