L’actualité vue par Le Temps du Togo

Liberia : Disparition de "conteneurs" de billets de banque

Cent millions de dollars, destinés à la Banque centrale du…

Vienne: Aussitôt son brevet de pilotage, meurt dans le crash…

Un avion de tourisme, piloté par un jeune de 20…

CILSS : Les Etats veulent renforcer la lutte contre la chenille…

Le Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans…

RDC : Journalistes licenciés pour avoir couvert la conférence d’un opposant

Une ONG congolaise dénonce le licenciement de deux journalistes de…

Opic : Nouvelle enveloppe pour financer des projets en Afrique

L’agence américaine Overseas Private Investment Corporation, Opic, a approuvé une…

Le parquet ivoirien recherche "des dizaines de milliards" détournés

La haute autorité pour la bonne gouvernance a saisi le…

La Chine envisage son entrée dans le capital de Asky…

Le Fonds de développement Chine-Afrique (CAD-Fund) s’intéresse à Asky Airlines,…

Suppression de l’aide à la presse : "presse morte" maintenue en…

Les patrons de presse veulent protester en Côte-d'Ivoire contre la…

Participation des FAT aux opérations de maintien de la paix

Les Forces Armées Togolaises, FAT, ont organisé une journée d’information…

La Maison familiale de formation rurale se mue en Association

La Maison familiale de formation rurale rouvre à Manga avec…

William Gomis, ex-joueur de Saint-Etienne, tué dans une fusillade

Les dirigeants et joueurs de l’As Saint-Etienne sont profondément affectés…

Nigeria: une explosion de gaz fait plusieurs morts

Une explosion de gaz suivie d’un incendie a tué plusieurs…

La commune de Tsévié célèbre le mois de l’état civil

La mairie de Tsévié célèbre en partenariat avec le Service…

Ghana: Yahsat lance son service internet à haut débit par…

Le fournisseur de connectivité par satellite, Yahsat, a officiellement lancé…

Sénégal: la BOAD subventionne la construction d’infrastructures scolaires

Le Sénégal projette de construire cinq cent salles de classe…

Arrêté pour avoir comparé les Kenyans à des singes

Un homme d'affaires chinois a été arrêté au Kenya après…

RDC : Militants de Lucha libérés après deux jours de détention

Les sept militants de Lucha (Lutte pour le changement), arrêtés…

Transhumance : La campagne 2018 n’a enregistré aucune mort d’homme

Le Comité National de Transhumance (CNT) a tenu ses assises…

Ouganda : Les autorités interdisent un festival qui célébrerait l'homosexualité

Les autorités en Ouganda ont interdit un des plus importants…

RDC: Officiers arrêtés pour n'avoir pas empêché Lucha de manifester

Deux officiers de la police, accusés de n'avoir pas empêché…

RDC: libération du journaliste Tusenge Sebazungu contre rançon

Une organisation de défense de la presse annonce la libération…

Chine : 60 milliards de dollars au développement de l'Afrique

La Chine va consacrer soixante milliards de dollars supplémentaires au…

Hama: Un hebdomadaire tchadien suspendu pour "fausses informations"

Al-Chahed, un hebdomadaire tchadien, a été suspendu trois mois pour…

Bénin : Sanctions envisagées pour les footballeurs mentant sur leur âge

Bénin, le nouveau président de la fédération de football promet…

PPT : Carlos Kétohou passe les charges à Isidore Akollor

Le Patronat de la Presse Togolaise, PPT, a renouvelé son…

L’Université de Kara ouvre un master en planification de développement

L’Université de Kara va ouvrir cette année un programme de…

Les radios rurales du Togo souhaitent la performance

Les radios rurales du Togo sollicitent l’appui du gouvernement et…

Santé : Cas de cataractes pris en charge dans le Tchamba

Une opération chirurgicale foraine de la cataracte s'est déroulée du…

Ghana : les déchets électroniques passeront à l’usine

Le président du Ghana, Nana Akufo-Addo, a annoncé mercredi la…

Niger : Trois activistes société civile interdits de séjour à Agadez

Venus en séjour à Agadez, trois activistes nigériens, n’ont pu…

«
»
TwitterFacebookGoogle+

Crise de surproduction : 200.000 tonnes de maïs cherchent désespérément débouchés

Le Togo vit une crise de surproduction artificielle de maïs. La grogne sourd dans  le milieu des groupements de producteurs agricoles, qui n’en peuvent plus des stocks de maïs alors qu’ils attendent la prochaine récolte. De sources proches du ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, 200.000 tonnes de maïs  en stock attendent d’être commercialisées, alors que le marché national est saturé et  l’exportation  interdite. 

Cette quantité incroyable de maïs est due pour une bonne part à une production excédentaire depuis plusieurs années. En 2011, le Togo a dégagé un excédent céréalier de 100.000 tonnes, dont une part importante de maïs. Ce qui a conduit le gouvernement à exporter du maïs vers le Niger, par l’entremise des achats du Programme alimentaire mondial. En 2012, le PAM avait acheté par exemple 32.000 tonnes de maïs.

maïsTogo

Mais il s’agit généralement des stocks de maïs de l’Agence de la sécurité alimentaire au Togo (ANSAT), un organisme qui se mêle de commerce alors qu’il n’en a pas le droit. D’après les organisations paysannes, parallèlement à l’ANSAT, les paysans eux-mêmes disposent d’importantes quantités de maïs en stock. C’est ce stock qui n’est pas écoulé, compte tenu des restrictions sur la commercialisation des céréales, spécialement du maïs par le Togo. A cause de la crise alimentaire de 2005, il est interdit aux privés d’exporter le maïs. Ces mesures ont été encore renforcées lors du conseil des ministres du 2 octobre 2013, au cours du duquel, à cause d’un solde déficitaire du maïs égal à 182 tonnes, le Gouvernement  a pris  des mesures de précaution « destinées à préserver la sécurité alimentaire dont jouit notre pays, en renforçant notamment le stock de sécurité de l’Agence nationale de sécurité alimentaire (Ansat) et en lançant une campagne d’achat dès le mois prochain pour éviter les exportations illicites« .

Or on constate une saturation du marché. Ce qui explique la stabilité du prix du bol du maïs, qui oscille entre 450 CFA et 500 CFA, contrairement aux années 2000-2005. En 2005, le pic a été atteint avec le bol à 1500 voire 1600 CFA sur certains marchés.

Excédents céréaliers, saturation du marché, mesures restrictives sur le commerce, tout cela concourt à avoir un stock de maïs aussi important.

Une situation dangereuse pour la filière, la production pour les prochaines années pouvant être déficitaire. Car le paysan, qui a besoin d’argent frais pour subvenir à ses besoins,  a tendance à ne peut plus produire une culture quand le stock n’est pas écoulé.

D’une manière générale, c’est toute la politique agricole entreprise ces dernières années qui est en cause. Echaudé par la crise alimentaire de 2005 et 2007-2008, période des inondations, le gouvernement de Faure Gnassingbé, sous l’impulsion du colonel Ouro-Koura Agadazi, directeur de l’ANSAT, a mis en place une politique pour éviter une telle situation critique à l’avenir. Il a pris des mesures contraignant pour le commerce du maïs. Et en même temps, elle a pris des mesures incitatives pour la production du maïs, ce qui a eu pour conséquence une augmentation de la production. La crise du coton, avec la baisse des superficies consacrées à cette culture, a boosté également la production du maïs. D’où les excédents céréaliers constatés depuis un certain nombre d’années.

Parallèlement, au niveau politique aucune mesure n’est prise pour faire face aux excédents de production du maïs, du moins pour lui assurer des débouchés extérieur. Le ministère de l’Agriculture ne s’est jamais vraiment occupé de la commercialisation des produits agricoles, restant confiné dans une politique obtuse et démagogique appelée « autosuffisance alimentaire », criée sur les toits.

N’eût été le secours du Programme alimentaire mondial (PAM), on ne sait pas quelle quantité de maïs serait aujourd’hui disponible. Le ministère du Commerce et de la Promotion du secteur privé reste également sans vision. La direction du Commerce extérieur ne se préoccupe guère de l’écoulement des produits agricoles.

Un cadre de la Direction peste contre le directeur, incapable de trouver une solution au développement agricole que connait le Togo.

Au cours de nombreuses séances à la direction, on lui a maintes fois dit de faire en sorte que l’on crée des postes d’attaché commercial dans les ambassades du Togo à l’étranger afin de promouvoir ou de trouver des débouchés pour les produits nationaux. Mais impossible, il préfère les missions à Génève parce que c’est plus juteux. La Fonction publique togolaise est la plaie du pays », se plaint ce cadre qui a préféré garder l’anonymat.

Il s’agit manifestement d’un manque d’ambition et de volonté politique, rien que la zone UEMOA constitue un débouché pour le maïs togolais. Le Conseil des Ministres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) a tenu le lundi 20 février 2012 à Ouagadougou,  une réunion extraordinaire sur le thème de la sécurité alimentaire dans l’espace communautaire.  Selon le Conseil, la zone a connu pendant cette période un  déficit brut céréalier dans la zone de 3.095.251 tonnes en 2012. Il estime  que le déficit en maïs des pays de l’UEMOA pourrait atteindre 1,3 million de tonnes à l’horizon 2020. Résultat,  la zone UEMOA pourrait être le premier débouché pour le maïs togolais, en attendant de trouver une politique idoine pour la transformation agro-alimentaire.

1588 Vues totales 2 Vues ce jour
(Visited 28 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Newsletter