L’actualité vue par Le Temps du Togo

Les pharmaciens mobilisés contre l’usage excessif des antibiotiques

Les pharmaciens célèbrent leur semaine au Togo. Pour cette nouvelle…

Ouganda : Onze écoliers meurent dans l'incendie de leurs dortoirs

Onze jeunes garçons Ougandais ont été tués et 20 grièvement…

Il guettait les proches des patients pour voler leurs motos

Voleur de motos? Un présumé avait sa tactique unique pour…

Togo/Bénin : Négociation pour la délimitation de la frontière maritime

Le Togo et le Bénin négocient la délimitation consensuelle de…

Cameron : Libération de la journaliste anglophone Mimi Mefo

La journaliste anglophone camerounaise, Mimi Mefo, a été libérée samedi…

Tchad : Un an de prison ferme pour "séquestration" d'une mineure

L'époux de la jeune Hawariya, qui l'accusait de l'avoir séquestrée…

eSwatini : La fille du roi, ministre de l'Information du royaume

La fille du roi Mswati III de l'eSwatini, ancien Swaziland,…

Mobilisation pour améliorer les conditions de vie des personnes âgées

L’Etat togolais mobilise ses partenaires pour la mise en œuvre…

Le Togo accueille un colloque international sur les plantes médicinales

Lomé abritera en décembre un colloque international sur les plantes…

Etude : Des chiens capables de diagnostiquer le paludisme

Des chiens spécialement formés pourraient diagnostiquer le paludisme en flairant…

Niels Högel, «l'infirmier du diable» accusé d'une centaine de meurtres

«Le pire meurtrier d'Allemagne depuis Hitler», «l'infirmier du diable», «le…

Tanzanie : Dar es Salaam appelle à dénoncer les homosexuels

Le gouverneur de Dar es Salaam et environs est en…

Guinée-équatoriale : Alfredo Okenve, a été arrêté et "roué de coups"

Un défenseur des droits humains équato-guinéen, Alfredo Okenve a été…

Gabon : la mouvance Anonymous a attaqué les sites officiels

Des hackers de la mouvance Anonymous ont revendiqué les attaques…

Indonésie : Un avion de Lion Air parti de Jakarta s'écrase…

Un appareil de la compagnie Lion Air a disparu des radars…

Liberia : Weah annonce la gratuité pour le premier cycle universitaire

Le président du Liberia, GeorgeLe président Georges Weah vient d’annoncer…

François Jeronimo Amorin J., héros de la lutte indépendantiste disparaît.

François Jeronimo Amorin Joao compte parmi les ardents militants ayant…

Canal+ condamnée pour un "éloge appuyé" du Togo

La chaîne française Canal+ a été condamnée par le CSA,…

Le Maroc teste son projet de télémédecine en zone rurale

Le Maroc a lancé, le 22 octobre 2018, la phase…

Raila Odinga nommé haut représentant de l'Union africaine

L’Union africaine nomme l’opposant kényan, Raila Odinga haut représentant de…

Arrestation pour contrefaçon de la quinine en RDC 

Deux responsables d'un des plus grands laboratoires pharmaceutiques en RDC…

Ethiopie : au moins 120 clous extraits de l'estomac d'un patient

Des médecins d'un hôpital de la capitale éthiopienne ont extrait…

Le Togo contre la criminalité faunique et floristique

L’autorité chargée de la protection de l’environnement et des ressources…

Médias/RDC : Cinq journalistes "enlevés" à Kinshasa

Cinq journalistes d'un tri-hebdomadaire paraissant à Kinshasa "enlevés" après la…

Le Togo communique sur l’organisme de sécurité sanitaire des aliments

Le Togo est en chantier pour créer un organisme de…

Vers l’interconnexion des douanes de cinq pays ouest-africains

Réunis à Lomé, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, le…

Angola : Le président se réjouit d'avoir freiné la corruption

Le président angolais s'est réjoui des résultats obtenus sur le…

Appel aux bonnes pratiques dans le commerce café-cacao

A l’orée de la campagne de commercialisation du café-cacao, les…

Sierra Leone: le gouvernement annule un contrat avec la Chine

Le gouvernement sierra léonais résilie un contrat de 300 millions $…

L'ancien footballeur Bonaventure Kalou gagne la mairie de Vavoua

L'ancien international ivoirien Bonaventure Kalou a été élu maire de…

«
»
TwitterFacebookGoogle+

Collectif Sauvons le Togo : Allons aux armes, citoyens  !?

Est-ce un appel à la rébellion, au soulèvement populaire ? A l’approche de la date des manifestations des 24, 25 et 26 juin prochains, pour revendiquer les réformes constitutionnelles et institutionnelles, le Collectif Sauvons le Togo donne déjà dans la surenchère. Le 20 juin 2014, au cours d’une conférence de presse, les responsables du CST ont utilisé un vocabulaire belliciste dans lequel le mot « arme » abonde allègrement. L’échec du dialogue politique pouvoir-opposition et l’impossibilité des réformes constitutionnelles par voie pacifique, conduit-il l’opposition à des dérapages verbaux contrôlés ou non ? S’agit d’un discours faussement guerrier ou de l’extrême radicalisation du CST ?

Les propos  des leaders du CST

« Nous n’avons pas les armes mais cela se réglera d’une manière ou d’une autre », Edem Atantsi, de l’Alliance nationale pour le changement (ANC). Mieux encore:

Si moi j’ai les armes aujourd’hui, si moi je pouvais avoir les armes, j’irai à la guerre. C’est de ça il s’agit, je vais aller à la guerre si je pouvais avoir les armes parce que nous avons trop souffert dans ce pays et nous n’avons plus envie de laisser nos enfants encore en souffrance.

Me Zeus Ajavon, président du CST,  ne dit pas autre chose : « Nous n’avons pas les armes mais ça se résoudra, le peuple est là, le peuple est souverain.

Il continue dans une tournure propre à lui seul :

J’ai dit au président Jonathan [Goodluck Jonathan, président du Nigéria, ndlr], et je le répète que les armes nous n’en voulons pas. On sait où ça se trouve. Ça vaut 30 dollars pièce. Les kalachnikovs ça vaut 30 dollars à Bangui, tout le monde sait que les armes ça pilule dans la sous région et nous n’en voulons pas mais nous avons notre arme : c’est le peuple et avec ces armes on gagne toujours et on finira par gagner.

Le journaliste Pedro Amuzun joue également sur l’imaginaire des armes.

C’est parce que la survie du pouvoir passe par nous que nous ne voulons pas prendre les armes. Parce que l’argent pour prendre les armes on en a suffisamment pour le faire mais nous pensons qu’on ne prend pas les armes contre son propre pays.

Ce qu’en dit l’histoire du processus démocratique

Phantasme ou réalité.  Devant la résistance du pouvoir à tout changement, l’opposition est-elle tentée de résoudre la crise par les armes ? L’histoire du processus démocratique n’est pas exempte d’une telle volonté, des expériences ont d’ailleurs été faites. Sans grand succès jusqu’à maintenant. L’expérience la plus aboutie fut celle l’opération commando de mars 1993, dont l’objectif est d’éliminer le Président Gnassingbé Eyadema. Les commandos venus de l’extérieur attaquèrent la résidence du chef de l’Etat au camp RIT. Le président Eyadema s’en sorti indemne. L’opération fut commanditée par Me Jean Yaovi Degli, ancien Premier ministre de la Transition, qui s’en était expliqué devant la Commission Vérité Justice Réconciliation (CVJR). L’échec de cette opération aboutit à une purge au sein de l’armée togolaise : plusieurs sous-officiers et officiers, dont le Colonel Tepé, chef d’Etat-major et ses quatre neveux, trouvèrent la mort.

Au Ghana, plus précisément en Volta Region, région habitée essentiellement par les Ewés-Anlo, les militaires en exil et l’opposition ont tenté de résoudre le problème Eyadema par une solution militaire. Cette armée de l’opposition dite de Satimadja, si elle avait existé réellement, n’a fait parler d’elle que par une ou deux attaques de postes de gendarmerie ou de gardien de préfecture. C’était une armée de pieds nickelés, dit un opposant. Il semble que l’ex-président du Ghana, Jerry John Rawlings, fut déterminé à une certaine époque à résoudre militairement la crise togolaise, mais les dirigeants de la rébellion feraient tellement dans l’amateurisme que le Président ghanéen a préféré remballer son projet. Recrutements douteux, hommes peu entraînés, provenances douteuses des armes, équipements médiocres, le tout commandé par des hommes visiblement peu doués et pas du tout préparés à ces genres de stratégie d’une rébellion armée.

Des pneux brul+®s +á B+¿ lors de la manifestation de ce 21 ao++t

Phantasmes et réalités

C’est dire que le projet d’une rébellion armée ou d’un soulèvement populaire suscitent des phantasmes. En 2005, le soulèvement populaire contre la victoire de Faure Gnassingbé à la présidentielle d’avril, a débouché sur un massacre par la soldatesque. Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme dénombra près de 400 à 500 morts, près de 40.000 réfugiés à l’intérieur, et 10.000 à l’étranger.

Les 10, 11, 12 janvier 2013, l’opposition organisa sans succès l’opération ‘Les derniers tours de Jericho’, dont l’objectif avoué était le départ de Faure Gnassingbé du pouvoir.  Échec et répressions policières et gendarmesques en tout genre. Les leaders du CST avaient fait croire aux masses qu’une telle opération pourrait amener Faure Gnassingbé à quitter le pouvoir. Depuis le denier Tour de Jericho n’est pas tombé mais est devenu un véritable rempart contre la démocratie.

La tentation de parvenir à un soulèvement populaire n’est pas nouvelle. C’est d’ailleurs le leitmotiv du CST, qui reproche au reste de l’opposition d’avoir abandonné « la disponibilité populaire » et la taxe de de « munichisme ». Ces dirigeants ne le cachent pas.  Cette stratégie a été celle de l’UFC, qui se targue aujourd’hui de la pourfendre. Pendant la campagne présidentielle de 2005, lors du dernier meeting de l’opposition au Stade municipal de Lomé, Gilchrist Olympio déclare à la foule excitée: « cette fois-ci s’il nous vole encore, trois petites choses vont se produire ». Quelles sont ces petites choses ?

Cependant depuis le début du processus démocratique en 1990, les partis politiques et les leaders avaient plutôt misé sur une alternance pacifique. En dépit des réactions violentes du pouvoir RPT, plasticage de domiciles de dirigeants politiques, assassinats de leaders politiques, massacres des populations, l’opposition a toujours réagi sereinement en appelant la population au calme. Ce ne sont pourtant pas les moyens financiers  ni humains qui manquent, peut-être un défaut d’organisation, mais encore faut-il l’organiser et que  la géopolitique en 2014 permette une telle initiative.

Une armée ethno-tribale et non républicaine[amazon template=banner easy]

La réalité est que les leaders de l’opposition craignent avant tout une guerre civile qui aurait d’ailleurs l’allure d’une guerre ethnique.  L’armée togolaise est à une forte composante ethno-tribale, à majorité de ressortissants de la Kozah, avec des officiers tournant autour de la famille du Président. Cette configuration tribale n’a pas changé depuis, malgré la recommandation de la CVJR.

Le 31 mai dernier, le commandant Olivier Poko Amah, de l’Association des Victimes de la Torture (ASVITO), demandait au cours d’un meeting de l’UFC, la réforme du statut de l’armée et surtout une profonde réforme du recrutement dans l’armée. Il a été relayé par Abbas Kaboua du MRC, qui a demandé également la fin de cette pratique ethnique qui non seulement clochardise l’armée mais la met aux services exclusifs des Gnassingbé et du système RPT. Le point commun de ces deux intervenants : ils sont de l’ethnie kabyè. C’est dire à la fois l’exaspération et la crainte des hommes politiques devant une armée dont l’objectif tendrait finalement à la conservation du pouvoir au profit d’un clan tout en croyant naïvement qu’elle lutte pour l’intérêt d’une ethnie.

2363 Vues totales 6 Vues ce jour
(Visited 35 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Newsletter