Justice : La prison en question aux assises

La première session de la cour d’assises a débuté ces procès ce lundi 2 juin au Palais de justice de Lomé. 36 affaires seront jugées pendant les 4 semaines que vont durer cette première session. Cependant, c’est bien de la question hautement importante de la punition et de la prison dont il fut question au cours de l’ouverture de cette session 2014.

Le procureur général près la Cour d’Appel, Kodjo Gnami Garba, n’a pas manqué de lever une question sociale hautement préoccupante qu’est la prison et les crimes qui l’y conduisent dans nos sociétés. Pour M. Kodjo Gnami Garba, un regard nouveau doit être porté sur les crimes dans nos sociétés.

Il va falloir étudier le phénomène criminel dans notre pays pour en connaître les causes afin d’envisager des solutions efficaces, si ce n’est éradiquer pour éduquer le phénomène, du moins en réduire le nombre. En clair, la prison n’est plus une solution au problème criminel, a déclaré le magistrat Kodjo Gnami Garba.

Palais de justice de Lomé

Cette déclaration intervient à un moment où l’on constate une crise du phénomène carcéral au Togo : surpopulation des prisons du Togo, surtout de la Prison civile de Lomé, prises en charge sanitaire et alimentaire lacunaires, importante mortalité.

En sus de cela, la justice togolaise, au-delà de ses nombreux problèmes structurels malgré la réforme entreprise depuis 2007, n’a pas pris en compte nos pratiques sociales, et systématise la punition pour toutes sortes de crimes. La prison, invention occidentale, par conséquent héritage colonial, est souvent inadaptée quand il s’agit de certains crimes.

En soulevant cette question, le procureur général près la Cour d’Appel, lance-t-il un appel au ministère de la justice en vue d’une réforme en ce sens ?

36 affaires seront jugées au cours de ces assises, dont 19 pour infractions contre les personnes,   11 contre les mœurs, et 3 pour les stupéfiants. Selon le procureur général près la Cour d’Appel, c’est la première fois que les assises ont seulement à juger 3 dossiers de délits liés au trafic de stupéfiants. Ce qui voudrait dire que la lutte contre le trafic de drogue est de plus en plus efficace, a-t-il résumé.

Pour cette journée, c’est une affaire de meurtre qui été jugé. Il s’agit d’un fait divers qui a défrayé la chronique dans le Zio, plus précisément dans le village de Gatsi-Zogbedji, où le nommé Komla Adonou a assassiné son beau-père avec une machette. Sentence : 30 ans de réclusion criminelle.

 

Avatar
A propos Komi Dovlovi 836 Articles
Journaliste chroniqueur, Komi Dovlovi collabore au journal Le Temps depuis sa création en 1999. Il s'occupe de politique et d'actualité africaine. Son travail est axé sur la recherche et l'analyse, en conjonction avec les grands  développements au Togo et sur le continent.

Laisser un commentaire