Gerry Taama : Fulbert Attisso nous gonfle !

La question du dialogue divise l’opposition, qui est aussi divisée sur la candidature unique. En attendant la fin du dialogue, les non-participants se donnent des coups. Ambiance.

Fulbert Attisso, le chantre de l’union de l’opposition, commence à excéder les opposants qui goûtent très peu sa posture de « donneur de leçons ». Gerry Taama, qui n’a pas aussi sa langue dans sa poche, le lui a dit vertement sur une radio de Lomé. Fulbert Attisso, journaliste-écrivain, auteur d’un Appel des patriotes appelant à une candidature unique de l’opposition, a fustigé la participation de l’opposition au dialogue politique qui se déroule au siège de Togotélécom. «Pour nous si l’opposition doit réaliser l’alternance, la solution  est endogène c’est-à-dire qu’on a rien à chercher  chez  le parti RPT-UNIR »,  avance M. Attisso. Ce qui a le don d’énerver proprement l’ex-lieutenant des Forces armées togolaises passé à la politique et aux affaires de tous genres.

Je le  dis et je l’assume ; il nous gonfle parce qu’au lieu de  dire c’est bien ;  allez-y, on s’assoit en disant  ce que vous faites  ce n’est pas  bon. Cela ne sert à rien de se comporter  comme un donneur de leçons… On en a marre  des gens qui  viennent tous les jours  nous donner  de  leçons  en disant  que  vous n’êtes pas malins  et que  vous ne  connaissez rien, s’offusque Gerry Taama.

Gerry Taama n

M. Taama fait preuve de beaucoup d’optimisme concernant ce dialogue.

 C’est la 1ère fois qu’il y a une meilleure ambiance, après le 1er dialogue raté de   Togotélécom ; aujourd’hui il y a l’UFC, une nouvelle formule ANC- ADDI, la coalition Arc-en-ciel, UNIR; et pour la 1ère fois aussi, le gouvernement  participe en tant que l’observateur ; ce sont des conditions qui sont nouvelles,  a-t-il fait remarquer.

Reste à savoir si ce tacle pourra faire taire Fulbert Attisso, visiblement frustré que son appel, une panacée peut-être, ne suscite pas beaucoup d’enthousiasme au sein de l’opposition. Le problème de Fulbert Attisso c’est d’ignorer l’importance des discussions préalables à l’organisation de la présidentielle, même en cas de candidature unique de l’opposition. Il n’est pas possible d’aller à un scrutin où le pouvoir a la main sur tout le processus électoral.

Bataille de l’opinion

M. Attisso fait mine également d’ignorer que son idée dépend de l’adhésion de l’ANC, majoritaire au sein de l’opposition et partant dans l’opinion de la capitale. L’ANC a remporté 7 sièges sur 10 dans la capitale contre 1 pour la Coalition Arc-en-ciel, partisan de l’idée d’une candidature unique. Et pour le moment, l’ANC rejette toute idée de candidature unique de l’opposition, à moins que le seul candidat, le candidat possible soit celui du Président national de ce parti !

Ce qu’il reste à faire à M. Attisso, c’est la bataille de l’opinion, qu’il pourra retourner contre les dirigeants de l’ANC et du CST. Mais ce combat n’est pas gagné d’avance, et le temps presse.

Avatar
A propos Komi Dovlovi 835 Articles
Journaliste chroniqueur, Komi Dovlovi collabore au journal Le Temps depuis sa création en 1999. Il s'occupe de politique et d'actualité africaine. Son travail est axé sur la recherche et l'analyse, en conjonction avec les grands  développements au Togo et sur le continent.

Laisser un commentaire